Photos © Fabrice Schiff

Par Baudouin Wisselmann

Affluence record au Plaza pour la soirée d’ouverture des Summer Sessions du Plaza. Une belle réussite, mesurée de façon très chirurgicale par Pépine et Mika : plus de 3000 fêtards ont convergé vers Massieux pour lancer la saison des mercredis.

02Au regard de l’affluence constatée, des dizaines de voitures de sport alignées devant l’entrée, de la hauteur des talons, de la dose de gel, de parfum, de maquillage et de dentelle qui a pu être déployée, les noctambules préparaient ce rendez-vous de longue date. Les couches de nuages fines et diffuses ont permis, à la tombée du jour, de donner au ciel des couleurs présageant le retour des beaux jours. Mais les regards étaient rarement tournés vers le firmament ; davantage sur les assiettes d’amuse-gueules que la centaine de serveurs, organisés en légions, envoyaient par vagues. Le même flot et la même abondance étaient de mise concernant la boisson : rosé, champagne, cocktails, puis soft et spiritueux, les verres et les bars aux couleurs de Mumm ont été pris d’assaut.

03 copieLa transhumance entre les terrasses du Plaza et l’Imprévu, club mitoyen, s’est résumée à  un mouvement de foule désordonné mais festif. Transmuant difficilement, les corps se frottent, sous la houlette de DJ Nico, augmentant peu à peu la température et l’ambiance, alors les mains se lèvent en l’air au rythme de la musique qui s’accélère ou d’autres glissent le long des hanches ou du cou d’une cavalière. L’ivresse prend « le contrôle », fonds de teint et lissages s’amenuisent doucement, les langues se délient, mais vient heureusement le moment de se plonger dans l’obscurité et le vacarme de la boite pour étouffer ce retour du naturel, maintenant délié de sa camisole mondaine.

04Entouré de sa cour, Pitch fait chauffer sa carte bleue, avec plus de 40 bouteilles de Ruinart posées, et immédiatement descendues au goulot par ses plantureuses accompagnatrices… Les canons continuent d’être vidés à vive allure et la piste de l’imprev’ se remplit promptement au tempo d’une folle darbouka, ajoutant une consonance orientale à la musique américaine. 

La projection diapos, c’est maintenant !




Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-
6
-
7
-
8
-
9
-
10
-
11
-
12
-
13
-
14
-
15
-
16
-
17
-
18
-
19
-
20
-
21
-