Par Franck Girardet

Pour son retour au Groupama Stadium en championnat, l’OL a souffert pour arracher un point face à Reims devant 42 512 âmes qui ont bravé le froid.

Les Lyonnais ont eu beaucoup de mal à trouver des solutions pour contourner une défense rémoise resserrée où il n’était pas rare de voir ses 11 joueurs arc-boutés sur leurs 40 derniers mètres. Avec un Fékir totalement transparent et un Depay un tantinet brouillon, la tâche était ardue. La première période fut marquée par un but refusé par la VAR pour un hors-jeu très limite de Bertrand Traoré, et les Rémois profitèrent de leur unique occasion pour ouvrir le score à la 34ème minute. 1-0 pour les visiteurs à la mi-temps et cela ne sentait pas très bon vu nos difficultés à trouver des situations dangereuses.

La deuxième période fut tout aussi pénible mais plus heureuse avec une égalisation de Bertrand Traoré à la 70ème après un pénalty refusé par la VAR quelques minutes plus tôt et un face à face perdu par ce dernier également face au portier rémois. Bruno Génésio a essayé de dynamiser son équipe avec plusieurs changements mais sans effet malheureusement. Le partage des points n’arrange pas les Gones qui voient la plupart de leurs adversaires directs revenir à leurs trousses. Le derby de dimanche prochain à St-Etienne promet d’être tendu.

Dans les salons il y avait foule. Seuls les politiques, à l’exception des fidèles Jean-Yves Sècheresse et Yann Cucherat, avaient déserté les lieux. Marc Fraysse assurait la promotion de son petit-déjeuner avec le gouverneur militaire de Lyon (vendredi 25 janvier) et de son concert avec Nelson Monfort (samedi 2 février) sous l’œil aiguisé de son chaperon André Soulier. Les dirigeants rémois étaient déjà dans le match alors que le président Aulas était d’une grande disponibilité pour ses convives. Didier Caudard Breille quant à lui exposait ses axes de développement pour le 20ème anniversaire de DCB International et l’ambiance était aux bonnes résolutions (sauf devant le bar Mumm)…

Les tops

–  Bertrand Traoré qui a été le lyonnais le plus dangereux malgré du déchet.

–  Anthony Lopes qui a sauvé la patrie en fin de match.

–  Houssem Aouar qui fut le seul lyonnais à chercher des solutions viables.

 

Les flops

–  Nabil Fekir qui a été transparent voire inquiétant sur ce match.

–  Marcelo qui a loupé toutes ses relances comme souvent et dont la lenteur devient problématique.

–  Reims qui, à défaut de football champagne, nous a offert une bonne Villageoise des familles.

 

                   Vendredi 11 janvier 2019