01.jpg Photos © Smart Angel Media

 

De notre correspondant Julien Smati

 

Michel Mercier vient de remettre les insignes de Chevalier de la légion d’honneur à Michel Forissier dans les salons de l’hôtel du département. Amis, élus, administrés ils sont près de 800 à lui rendre hommage.

  02.jpg

Michel Forissier s’engage très tôt dans l’associatif tourné vers les autres. Il intègre ainsi dès 14 ans les Sauveteurs Volontaires de Décines. Une rupture familiale le contraint à abandonner ses études et devient régleur à 18 ans. Se montrant très entreprenant il crée sa société de marbrerie à 24 ans avec son épouse. Il devient en 1973 membre du bureau de l’Association de Commerçants Majolane Interprofessionnelle (AMI) avant d’intégrer le Groupement des Artisans de Meyzieu en 1977. Une année qui marque son entrée en politique par la petite porte de l’opposition. La route est longue pour prendre la ville au parti socialiste bien ancré avec l’idéologue du PS Jean Poperen. Ce dernier tient la ville jusqu’à sa mort en 1997.

 03.jpg

La succession mal assurée par Michel Tribet ne résiste pas aux  assauts répétés de Michel Forissier qui décroche la ville en 2001 sans étiquette après 24 ans de patience. Il ne voulait pas choisir entre l’UDF et le RPR et rêvait d’un grand parti d’union. Il franchit le pas au lendemain de la création de l’UMP. Un parti qui lui offre la place de Secrétaire Général de la Fédération du Rhône en 2008 après avoir remporté Meyzieu au premier tour des élections. En 2011 et dans un contexte défavorable à l’UMP, il se lance avec succès dans les élections cantonales. Les années de travail de terrain lui donne raison sur la sortante (PS) Odette Garbrecht qui n’ira même pas au deuxième tour. Un bel exemple pour le Rhône !

 

La projection diapos, c’est maintenant !

 



Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-
6
-
7
-
8
-
9
-
10
-