Photos © Fabrice Schiff

Par Benjamin Solly

La foule des grands soirs s’est (com)pressée dans un Hôtel de Ville bondé pour assister aux vœux du sénateur-maire de Lyon, lundi 6 janvier 2014.

Claustrophobes s’abstenir ! A l’occasion de sa (dernière ?) cérémonie des vœux aux Corps constitués, Gérard Collomb a ratissé large. « Chaque année, nous utilisons le même listing pour envoyer nos invitations, soit un millier de personnes », explique l’entourage du sénateur-maire. C’est, au bas mot, le volume d’invités qui est compacté sous les ors du salon Justin Godard pour assister au discours du sénateur-maire. Dépeint à grands coups de « champagnes tièdes et de propos glacés » par Jacques Brel dans sa superbe Je suis un soir d’été, ce genre de cérémonial oscille toujours entre tradition républicaine et foire d’empoigne aux buffets. Le patrimoine gastronomique lyonnais a toutefois été mis à l’honneur grâce aux délices proposés par Renée Richard, Colette Sibillia et Bruno Bluntzer. Avant, évidemment, d’être mis à sac par les pique-assiettes de tout poil !

18h30. Tout commence devant les grilles de l’Hôtel de Ville. Cartons d’invitations ou cartes de presse constituent les seuls sésames pour accéder au pince-fesses. Place de la Comédie, le nouveau thuriféraire du collombisme Bernard Paulin (UDI) affiche le zèle des convertis en arrivant avec une demi-heure d’avance. Une précaution qui s’avérera payante. Ceux qui se sont accordé le léger retard du « quart d’heure lyonnais » en seront pour leurs frais. Ils assisteront au discours de Collomb depuis le couloir qui mène au salon. Enfin pas tous. « Devant les haut-parleurs, c’est une horreur tellement le son aigu », nous glisse notre anonyme voisin, peu amateur de larsen, avant de rebrousser chemin. Les autres s’en accommodent. Le directeur de l’Opéra de Lyon Serge Dorny profite de l’engorgement pour tailler la bavette avec son homologue du théâtre de la Croix-Rousse Jean Lacornerie. Mylène Angelier, Miss Rhône-Alpes 2013, profite de l’accalmie au bras de son compagnon Greg Ceven, avant de jouer le jeu en multipliant les selfies en compagnie des invités.

03 Dans le salon Justin Godard, on se serre jusqu’à l’étouffement. Il faut voir mais surtout être vu. Le carré VIP est enchâssé par des barrières de séparation déroulantes. A l’intérieur, on retrouve les représentants des Corps constitués. Le préfet du Rhône Jean-François Carenco, le directeur de la DDSP du Rhône Albert Doutre, le président du Conseil régional Jean-Jack Queyranne, la présidente du Conseil général Danielle Chuzeville et son 1er vice-président Michel Mercier, le recteur de la mosquée de Lyon Kamel Kabtane, le Primat des Gaules Philippe Barbarin, le grand rabbin de Lyon Richard Wertensclhag, le Gouverneur militaire Martial de Braquilanges, le procureur de la République Marc Cimamonti. Pas en reste, le réseau consulaire était représenté, entre autres, par son nouveau secrétaire général Me Pascal Couturier, Me Jean-Jacques Rinck (Philippines) et Béryl Maillard (Saint-Domingue). Le président de la CRCI Jean-Paul Mauduy a pu également croiser les anciens présidents de la CCI de Lyon Guy Malher et Philippe Grillot. Après avoir avalé son chapeau en décembre dernier, débarqué par ses petits camarades du Palais de la Bourse, Grillot s’est présenté affublé d’un superbe couvre-chef. Fallait-il y voir un clin d’œil ?

Au lutrin, Collomb déroule son discours, sous l’œil bienveillant de son épouse Caroline, sur le thème de « l’innovation économique, sociale, technologique et environnementale. » Un exercice en forme de rengorgement lyonno-lyonnais avec un Gérard Collomb survitaminé ne manquant pas de faire la leçon à Paris. « Ce que l’on peut demander à des dirigeants, c’est d’avoir la force de prendre leurs responsabilités et d’indiquer un cap. » Bim !  Au 1er rang, la majorité des élus de la majorité municipale, adjoints compris, applaudit à tout rompre aux côtés des députés Thierry Braillard et Pierre-Alain Muet« Puisse 2014 être pour vous tous une année unique, puisse-t-elle porter haut les couleurs de Lyon », conclut l’édile. Les Acteurs de la Ville Philippe Vorburger, Stéphane Casez et Yann Cucherat n’en ont pas manqué une miette.

05 Mais certains ont trouvé l’évènement plutôt rance. Le maire du 2e arrondissement Denis Broliquier a tourné les talons le dernier mot de Collomb prononcé. Michel Havard et son équipe sont eux restés sur place. Accompagné de son porte-parole Emmanuel Hamelin et de ses lieutenant des 7e et 8e arrondissements, Laure Dagorne et Stéphane Guilland, le candidat de l’UMP et de l’UDI aux municipales n’a pas manqué de railler le relatif esprit républicain du sénateur-maire. « Depuis 2008, je ne reçois aucune invitation pour les vœux », glisse-t-il. A malin, malin et demi, puisqu’au sortir de la cérémonie, les convives ont été accueillis sur le parvis de la mairie centrale par les « Jeunes avec Havard », tractant pour ce dernier.

La projection diapos, c’est maintenant !




Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-
6
-
7
-
8
-
9
-
10
-
11
-
12
-
13
-
14
-
15
-
16
-
17
-