Photos © Fabrice Schiff

Par Franck Girardet

Certains soirs, les rêves deviennent réalité. Des soirs où l’arbitre commet peu d’erreurs, des soirs où il est impossible de dégager une individualité car la performance collective ne mérite surtout pas d’être minimisée par la mise en lumière d’un joueur plutôt qu’un autre. Des soirs où vous passez par tous les états en regardant un match. Des soirs où vous êtes dans un stade de dingue avec une ambiance folle.

Ce soir-là, c’était ce dimanche 28 février 2016, l’OL nous a fait vibrer en battant le monstre PSG sur le score de 2-1 devant 56 000 spectateurs. Pour être honnête, personne ne donnait cher de notre peau avant le match. La question était même de se demander combien nous allions en prendre avec notre équipe amoindrie. Après avoir ouvert le score suite à une superbe action conclue par Corgnet dès la 12ème minute, l’OL a continué à asphyxier le PSG qui n’a eu qu’une seule demi-occasion. Darder s’est même chargé de doubler la marque juste avant la mi-temps en dansant sur le ventre de Thiago Silva avec un coup du sombrero dans la surface s’il vous plaît. Le brésilien du PSG cherchait encore le ballon dans les airs quand Darder le poussait au fond des filets de Trapp. 2-0 à la mi-temps.

03Thiago Motta aurait volontiers mérité une Brandao (à savoir un bon coup de boule) une fois de plus pour son comportement sur le terrain mais l’OL maîtrisait son sujet et ses nerfs à merveille. Le but parisien de Lucas à la reprise ne changea pas grand-chose à la physionomie du match même si la seconde mi-temps fut plus équilibrée. La partition fut parfaite et les joueurs de Bruno Genesio ont fait preuve d’un panel de valeurs qui peuvent les mener à la 3ème place sans souci s’ils ne les perdent pas en route. Avec cette victoire, l’OL signe son premier grand coup dans l’histoire de son nouveau stade des Lumières. Nasser et ses ouailles peuvent rentrer à Paris plus légers mais un tantinet inquiets vu la manière dont ils se sont fait marcher dessus dans l’envie par les gones. Voilà donc Lyon 3ème au classement et enfin à notre place naturelle c’est à dire devant St-Étienne. Le retour aux vraies valeurs en quelque sorte.

05

La projection diapos, c’est maintenant !




Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-
6
-
7
-
8
-
9
-
10
-
11
-
12
-
13
-
14
-
15
-
16
-
17
-
18
-