Par Franck Girardet et Marco Polisson

On ne sait pas encore si l’OL finira à la troisième place convoitée également par nos voisins stéphanois car pour le dernier grand match de la saison, les Lyonnais ont concédé le nul 2-2 face à Lille. Symbole absolu de sa saison.

Dans un Groupama Stadium qui affichait quasi complet (56 442 spectateurs), les Gones ont livré une prestation frustrante comme souvent cette année. L’entame du match tournait pourtant à notre avantage avec un but de Martin Terrier dès la 11ème minute sur un très bon décalage de Memphis Depay. Le match était plaisant et équilibré avec deux équipes qui hésitaient malgré tout à se lâcher un peu plus. 1-0 à la pause. Le retour des vestiaires allait être plus compliqué avec une bourde de Jason Denayer qui loupait son dégagement dans la surface de réparation laissant l’ex-lyonnais Loïc Rémy profiter de l’aubaine pour ajuster Anthony Lopes dès la 50ème minute…

Tout était à refaire mais le pire allait arriver sur un coup franc lillois avec un Léo Dubois qui loupait son contrôle pour servir le nordiste Boubakary Soumaré qui fusillait Lopes à la 68ème. L’OL se retrouvait mené 2-1 sans que l’adversaire ait été d’une grande menace. Un comble et un symbole de la fragilité défensive des Lyonnais depuis le début de la saison. Comme souvent dans la rébellion qui suivit c’est ce même Léo Dubois qui parvenait à égaliser à la 74ème minute au terme d’une action elle aussi symbolique de la saison des Lyonnais avec 3 tirs repoussés à la suite pour arriver à conclure au 4ème.

La suite fut un festival d’occasions manqués coté lyonnais et d’opportunités mal saisies. Finalement un match nul qui n’arrange pas vraiment l’OL vu le programme qui l’attend : déplacement à Marseille et Nîmes et réception de Caen. Il faudra probablement un sans faute pour finir dans les clous par rapport à l’objectif initial à savoir participer à la Champions League, tout du moins au tour préliminaire a minima. « Le pire scénario serait de se faire doubler dans la dernière ligne droite par les mineurs du 42… » grommelle un partenaire du club, avec une mine de déterré…

Le no show de Xavier Bertrand

Dans les salons VIP, l’establishment lyonnais était sagement aligné derrière le gouverneur militaire et le préfet arrivé au stade avec escorte et gyrophares… Aucun VIP national, malgré l’importance du match et une confrontation entre le 2ème et le 3ème. Le seul à s’être fait remarquer, mais pour de mauvaises raisons, est l’ancien ministre Xavier Bertrand. Invité à la brasserie Bocuse au dîner d’avant-match par Jean-Michel Aulas, le président des « Hauts de France » a gratifié le boss de l’OL d’un superbe no show en arrivant quelques minutes avant la rencontre… pour repartir sur la pointe des pieds avant la mi-temps. L’homme qui nous parle de politique autrement doit avoir une vision similaire des bonnes manières.

Ce qui n’est pas le cas de nos politiques locaux avec un Gérard Collomb tout sourire, à l’inverse d’un David Kimelfeld qu’on sent aussi à l’aise qu’une baleine dans un bocal à poisson. Amusant d’observer, derrière la vitre, les notables qui palment entre les deux hommes, en attendant le plongeon final. Pour ceux qui, à l’Assemblée nationale, se demandent où est Bruno Bonnel, rassurez-vous, il est bien vivant : il était pleine forme hier soir, ainsi que sa consœur député Anne Brugnera… en basket ! Tous deux bien représentatifs du concept « Parlement Mc Do », en vogue actuellement. On l’enseigne aux djeunes dans tous les centres d’entrainement : le respect se gagne aussi par son attitude vestimentaire !

A noter également la performance de Thierry Braillard, Christophe Marguin et de Tony Parker Senior qui ont enchainé sans la moindre crampe le match de l’ASVEL face à Strasbourg (belle victoire 85 -61) puis la rencontre OL – Lille, en Président Box ! Le papa de Tony Parker nous a gratifié de sa bonne humeur légendaire et nous a encouragé à venir soutenir l’ASVEL féminin ce soir à l’occasion de son premier match de play off de la finale du championnat de France à 20h45 dans la salle Mado Bonnet. Affaire à suivre de très près.

Les tops

  • Nabil Fekir qui semble retrouver ses jambes et son coup de rein.
  • Memphis Depay et Martin Terrier qui ont eu des bonnes inspirations.
  • Léo Dubois pour son but et son abattage.

Les flops

  • Le système de jeu à 2 milieux qui empêche Aouar ou Ndombéle de se projeter alors que la présence de Tousart leur permet de se lâcher.
  • Bertrand Traore et son totem d’immunité donné par Bruno Genesio.
  • Tangue NDombele qui a été en difficulté avec des passes souvent approximatives

 

Samedi 5 mai 2019