Par Franck Girardet

Des buts, des rebondissements… mais il aura manqué l’essentiel au Groupama Stadium à savoir la victoire.

Après vingt premières minutes sans grand intérêt, l’OL trouve la faille sur sa première occasion par l’intermédiaire de Fékir qui poussait le ballon au fond des buts suite à un débordement énergique de Mendy, côté gauche. Diaz aurait pu donner de l’air dans la minute suivante mais échoua dans son face à face avec le gardien adverse. Dijon égalisa sur penalty peu de temps après suite à une faute bien peu volontaire du même Mendy. Un partout à la pause et un sentiment d’impuissance tellement le jeu lyonnais était indigent offensivement.

Cueilli à froid à la reprise suite à une absence de marquage flagrante, Dijon prit l’avantage. Cela a eu le mérite de réveiller les ardeurs lyonnaises. En l’espace de 3 minutes le jeune et prometteur Aouar remis les deux équipes à égalité et Diaz redonna l’avantage à l’OL sur penalty. 3-2 pour les hommes de Genesio dont la joie sera de courte durée car une fois de plus Dijon profitait des largesses lyonnaises sur coup de pied arrêté et égalisa. Tête était une fois de plus totalement absent du marquage. L’OL poussa pour emporter la partie mais de manière stérile. Les entrées en jeu de Maolida, Geubbels (du haut de ses 16 ans) et Grenier ne changeront rien.

Ce sont 3 points qui filent et placent déjà l’OL sous pression et à 6 encablures de la seconde place qualificative pour la Champions League. Une vraie contre-performance après les promesses soulevées au Parc de Princes dimanche dernier. Côté performances individuelles comment ne pas pointer du doigt la défense quand on prend 3 buts à domicile. Morel a beaucoup de mal dans ses relances, les latéraux Tête et Mendy sont plus appelés par l’appel du devant que le devoir de défenseur. Pour la première fois, Traoré a été peu décisif et Diaz est souvent très brouillon. Les satisfactions sont à porter au crédit de Fekir qui illumine le secteur offensif et au jeune Aouar qui a été très bon dans ses choix et son activité.

Côté tribune VIP, la Président Box a fait la part belle aux traditionnels VIP lyonnais : André Soulier toujours plongé dans ses mémoires qui a pu deviser à loisir avec Jean-Marc Requien. Les deux crinières blanches ont pu deviser à loisir sur les notabilités lyonnaises présentes. Notons également la présence de Marco Chopin délesté du costard et déjà débordant d’énergie avant sa nouvelle aventure au Théodore. Son ex-patron Jérôme Bocuse était également de la partie comme le jeune marié Alexandre Aulas. Du côté de Michel Viera, on attend incessamment l’annonce d’une bonne nouvelle. MDA va changer de dimension. Et l’OL, c’est pour quand ?

Samedi 23 septembre 2017