Par Jean-Marie Nauleau et Morgan Couturier

La machine lyonnaise semble grippée en ce début d’hiver, et les grisants souvenirs du début de saison s’estompent dans les défaites de rang. Après la Rochelle et Clermont, c’est Toulouse qui ramène Pierre Mignoni et ses hommes à la raison (9-17).

À force de crier au LOU, les grosses cylindrées du Top 14 ont fini par se méfier. Un sentiment accentué par l’ambitieux recrutement présenté en début de semaine. Las, le Stade Toulousain n’est plus aux mains du dépassé et démodé Guy Novès. Et, à l’image du XV de France, le LOU est une bête blessée qui peine à se remettre sur pattes, à l’orée d’un hiver où les chasseurs de prime – et de trophées – viennent flairer la bonne affaire.

Amputés de valeureux éléments, les Lyonnais balbutient leur rugby, faisant regretter les belles envolées de l’été dernier. Pire, défaits par la troupe d’Ugo Mola, les Rouge et Noir rentrent dans le rang, conséquence d’une troisième défaite consécutive égale à leur classement. La suite des réjouissances fait saliver (Toulon puis Montpellier). Reste à savoir si au sommet de la chaine alimentaire, le LOU est encore en mesure de rivaliser.

Stade de Gerland
Dimanche 26 novembre 2017