Rendez-vous incontournable depuis six ans, la fête des écaillers a de nouveau fait l’étalage de son sens de la fête et du partage.

Le décor n’a pas changé depuis six ans. Alors que l’automne pointe le bout de son nez, les allusions à la mer semblent ainsi s’être retirées. En principe seulement, tant les dégustations de ses plaisirs salées demandent à être prolongées, au point que les belligérants aient réservé leur accessit quinze jours en amont. Il faut dire que la participation aux réjouissances est de plus en plus convoitée, à en juger le nombre croissant de participants.

Son instigateur Pierre-Yves Gas n’y est sans doute pas étranger. L’ancien roi de la nuit ayant conservé son sens du divertissement, les dégustations ont pris une tournure beaucoup plus festive, appuyées cette année, par la présence des noctambules du Choo Choo, de Laurent Gerra, de Gérard Colomb et d’écaillers tous aussi ouverts que leurs huitres. Eric Giraud ainsi érigé en maître de cérémonie, les maisons Antonin, Léon, Merle, Cellerier et Rousseau ne se sont pas fait prier pour prendre la vague. C’est bon de manger, encore plus lorsque l’on fait la fête !  MC

Mardi 1er octobre 2019