Par Morgan Couturier

 Gérard Angel les connaît mieux que personne. Aussi pourra-t-il longtemps disserter sur cette fine frontière qui sépare le masochisme et le narcissisme chez les politiques, tant ces derniers ont jonglé entre les deux, à l’occasion de la sortie de l’Abécédaire satirique lyonnais, le dernier recueil du fondateur des Potins d’Angèle et de son acolyte Erick Roux de Bezieux.

Si le duo, soutenu par Laurent Gerra (présent au rdv malgré une jambe dans le plâtre) n’a omis aucun homme ni femme d’influence de la capitale des Gaules, les principaux concernés se sont empressés de scruter à quelle sauce ils étaient mangés, à l’occasion d’une séance de dédicaces organisée aux Négociants. « C’est une pathologie politique », s’en amusait ainsi le conseiller municipal Etienne Tête, au moment de scruter, inquiet, le texte le concernant. Gérard Collomb n’ayant pas daigné se déplacer – pour éviter de croiser Kim le rouge -, c’est son fidèle destrier Pierre Budimir qui s’est acquitté de la course.

Un réflexe narcissique partagé par tous les invités, de David Kimelfeld à Georges Képénékian, en passant par Marc Fraysse ou Jean-Louis Maier. « Je n’ai pas trop à me plaindre », glissait ainsi l’horloger, ravi de rejoindre le clan des épargnés. Tous n’ont pas eu cette chance. Mais les piques glissées sous un ton humoristique, les convives l’ont pris à bon compte, avant de tous se retrouver pour une critique plus culinaire, sur la terrasse du Léon de Lyon. En pareil lieu, tout le monde a dégusté !

L’abécédaire satirique lyonnais,
En vente (10€) en kiosques ou sur le site des Potins d’Angèle, aux éditions Ventotene.

 

 Mardi 28 mai 2019