Par Morgan Couturier

Un an après la disparition de Monsieur Paul et l’organisation du premier opus, le gala de la Fondation Paul Bocuse n’a pas manqué de souligner les valeurs inculquées par le chef de Collonges. En premier lieu, la transmission, dressée au firmament de cette soirée particulièrement gourmande.

Tout est question d’étoiles en gastronomie. A plus forte raison dans la galaxie de la Fondation Paul Bocuse dont la naissance fut orchestrée sous le regard de la plus belle étoile qui soit, celle du pape de la gastronomie. Celui-ci s’en est allé mais son aura n’a pas fini de briller pour chapeauter ce deuxième opus du Gala de la Fondation, où Roger Jaloux avait lui aussi, pris soin de faire scintiller le ciel.


« Une étoile de plus nous éclaire et nous soutient », n’a pas manqué de saluer le président, Paul-Maurice Morel, épaulé cette année, par deux nouveaux présidents d’honneur, que sont Vincent Le Roux et Olivier Ginon. Mais puisque les étoiles brillent en tout lieu au sein de l’Abbaye, celles-ci furent également présentes en salle comme en cuisine, avec la profonde impression que la galaxie Bocuse ne cesse de s’amplifier.

Tout sauf une surprise, tant Monsieur Paul avait fait du partage et de la transmission, les éléments clés de son succès. Ce dernier disparu, la Fondation éponyme a pris le relais, pour soutenir les étoiles de demain, à l’image d’Emiljano, Zackaridja, ancien pensionnaire de la Fondation, lauréat du prix de l’apprentissage lors des derniers Trophées de la Gastronomie, et désormais lancé sur la création de son propre restaurant.


Dans cet esprit, Jacotte Brazier et Guillaume Gomez ont été primés, tandis que Jacques Maximin, « technicien hors pair et formateur de nombreux cuisiniers », était couronné du prix de l’excellence. Une bien belle introduction en soit, avant les réjouissances du service et la traditionnelle conclusion, assurée par maître Cécile Conan. Une vente aux enchères productive, avec pas moins de 67 200€ récoltés. De quoi faire rayonner encore un peu plus la Fondation. Et former de nouvelles étoiles…

 Jeudi 29 novembre 2018