Une manifestation organisée samedi à Lyon par les Jeunesses nationalistes, et un rassemblement prévu en parallèle par un collectif contre l’extrême droite ont été interdits jeudi par la préfecture du Rhône, a annoncé cette dernière dans un communiqué.

 

"Ces mesures d’interdiction ont été prises en raison des troubles graves que ces rassemblements font peser sur l’ordre public et notamment la sécurité des personnes", a justifié la préfecture. La première manifestation, qui visait à dénoncer "la préférence anti-nationale et le racisme anti-blanc", devait emprunter des espaces publics très fréquentés en fin de semaine et "de nombreux débordements ont été à déplorer lors de rassemblements précédents", a-t-elle rappelé. La seconde interdiction concerne un rassemblement prévu aux mêmes heures par le collectif vigilance 69 contre l’extrême droite, constitué de représentants de SOS Racisme Rhône, la Ligue des droits de l’Homme ou la Licra, pour "s’opposer aux parades nazies à Lyon", selon leur tract. "C’est scandaleux. Cette décision de la préfecture est une totale surprise car nous étions en négociation avec elle depuis le début du mois de juin et nous avions élaboré notre itinéraire avec la police", a déclaré Alexandre Gabriac, président des Jeunesses nationalistes et conseiller régional. Le samedi 2 juin, le rassemblement d’un autre mouvement nationaliste avait été interdit par la préfecture à Lyon. "Cette nouvelle interdiction montre une volonté de persécution des nationalistes et de tout ce qui a trait à nos idées", a poursuivi Alexandre Gabriac. Le mouvement a décidé de déposer un recours qui sera examiné par le tribunal administratif de Lyon samedi matin.