L'attaquant brésilien vedette de l'AC Milan se terre chez lui à Rio, dans son appartement du quartier aisé de Barra da Tijuca, pour fuir la presse après son "affaire" avec des travestis.

 

Selon la presse de mercredi, Ronaldo Nazario de Lima, 31 ans, en vacances au Brésil après avoir été opéré d'un genou, a suspendu toutes ses activités hors de chez lui. Afin d'éviter l'assaut des journalistes, l'ancien double Ballon d'or brésilien (1997, 2002) a demandé mardi de reporter à plus tard les séances de physiothérapie qu'il fait tous les jours près de chez lui, dans la zone ouest de Rio. Il a également annulé sa participation à deux programmes de télévision. Le service de presse du joueur a indiqué que cette interruption des séances de rééducation ne porterait pas préjudice à son rétablissement. Il est prévu que "Roni" puisse rejouer au foot d'ici sept à huit mois. Selon l'édition de mercredi du quotidien de Rio 'Extra', la petite amie de Ronaldo depuis janvier 2007, l'étudiante en droit Maria Beatriz Anthony, a mis fin à leur liaison dès qu'elle a eu vent de l'affaire. Extra souligne que Maria Beatriz qui réconfortait Ronaldo depuis son opération au genou en février dernier envisageait d'avoir des enfants avec le footballeur. Le service de presse a indiqué également que Ronaldo ne se présenterait pas au commissariat la semaine prochaine pour un nouveau témoignage comme l'avait annoncé mardi le commissaire en charge de l'enquête, Carlos Nogueira. Ronaldo a dû faire une déposition lundi dans un commissariat de police de la zone ouest de Rio. "Roni", qui avait voulu finir avec des prostituées une longue nuit de fête dimanche soir à Rio, a eu la mauvaise surprise d'avoir affaire à des travestis qui ont ensuite voulu, selon lui, le faire chanter. Ronaldo a affirmé avoir porté plainte pour tentative d'extorsion après que la prostituée, Andreia Albertine (en réalité André Luiz Ribeiro Albertino, un travesti de 21 ans), lui eût demandé 30.000 dollars pour étouffer le scandale. Celui-ci a ensuite abondamment raconté l'affaire dans la presse populaire.