Alors que François Fillon est annoncé par les instituts de sondage grand vainqueur de la primaire des Républicains, dont l’issue finale est prévue ce dimanche, le sénateur-maire de Lyon s’est aventuré dans un duel entre l’ancien Premier ministre et Emmanuel Macron, à qui il voue un soutien indéfectible depuis le lancement de la Grande marche orchestrée par l’ancien banquier. Invité mercredi, sur le plateau de LCI, Gérard Collomb a déclaré que l’ex-ministre de l’économie était «l’antithèse de François Fillon », ce dernier étant « encore plongé dans un monde traditionnel » quand Macron incarne lui, « un monde qui bouge ». « Devant un programme si traditionnel on ne peut être qu’accablé », scande le président de la Métropole… Avant d’envisager un hypothétique soutien d’Alain Juppé – si celui-ci venait à être défait – pour son poulain, lequel « essaye d’inventer la société du 21e siècle ».