L’élu FN réclamait l’ouverture d’un débat sur l’insécurité à l’occasion de la session plénière du Conseil régional du 5 octobre 2012, qui lui a été refusé.

 

Motif : les questions de sécurité ne font pas partie des compétences de la Région. « A quel titre par exemple, la lutte contre les discriminations, inscrite à l’ordre du jour serait-elle un sujet régional et pas la sécurité, première des libertés ? », s’interroge Bruno Gollnisch. Pour ce dernier, les élus sont « désaisis de leurs responsabilités. » « Mais alors,  quoi sert la politique », tempête-t-il. Et Gollnisch de faire faire porter la faute à ses « adversaires politiques. » «Ils sont co-responsables de la situation actuelle et ne redoutent rien de plus que l’évocation de ces responsabilités. Ils sont incompétents, oui, mais dans tous les sens du terme. »