Le syndicat majoritaire des chirurgiens libéraux appelle vendredi 16 novembre 2012 à la fin de la grève des praticiens, mais ne baisse pas pavillon pour autant.

 

Les médecins libéraux suspendent donc l’opération « Santé Morte », mise en place depuis lundi 12 novembre 2012. Le mouvement de grève a été particulièrement suivi dans le Rhône, obligeant le préfet à réquisitionner plusieurs services d’urgences et de maternités privées au cours de la semaine. La grogne est due à l’avenant n°8 à la convention médicale, qui prévoit l’encadrement des dépassements d’honoraires. « Les médecins libéraux ne peuvent se résoudre à laisser croire à l’ensemble  des Français que la signature de l’avenant 8 de la Convention médicale ne  concerne que l’intérêt propre des médecins », explique Olivier Ganne, président de la convention médicale des établissements privés de Rhône-Alpes. Et qui cite les futurs écueils : « disparition de la médecine libérale et des établissements  privés à très court terme, entrainant des conséquences  économiques pour l’emploi dans nos régions, victoire et enrichissement des mutuelles, fin du libre choix de son médecin par instauration de réseaux mutualistes. »  Subséquemment, les grévistes ont décidé l’arrêt de leur mouvement, mais vont proposer «  des actions différentes qui ne pénaliseront ni les patients, ni le système de soins actuel. »