Le secrétaire national de l’UMP sera reçu mercredi soir à Caluire par le député-maire Philippe Cochet. Une visite en terrain conquis.

 

Deux poids, deux mesures ? Lors de la fête de rentrée de l’UMP du Rhône, la grogne des cadres de la droite locale, ulcérés par la venue programmée de François Fillon, avait poussé l’ex-Premier ministre et son équipe à rétropédaler. Jean-François Copé aura droit à un tout autre traitement de faveur mercredi soir à Caluire. Dans une fédération présidée par Philippe Cochet, qui a pris fait et cause pour le député-maire de Meaux dans sa course à la présidence de l’UMP, l’anecdote peut prêter à sourire.

 

Attendu à 19h30 à la salle des fêtes de Caluire, Jean-François Copé tiendra une conférence de presse avant une réunion publique devant les militants et sympathisants. Le chantre de la droite décomplexé aura sans doute à cœur de revenir sur l’actualité brûlante, de la loi de finances 2013, qui effraie les entrepreneurs, au pacte budgétaire européen, qui déchire la majorité parlementaire. Un exercice de démolition qu’il pratique souvent avec zèle.

 

Mais c’est aussi sur les enjeux locaux que Copé est attendu. En particulier sur l’épineuse question de la droite lyonnaise aux municipales de 2014. Quid des primaires, des candidatures multiples, des ambitions destructrices, d’un possible parachutage ? Si le tempo politique n’est sans doute pas aux réponses sur ces questions particulières, présidence de l’UMP oblige, l’exercice de langue de bois (dont il se défend) pourrait être riche d’enseignements.

 

C’est aussi du côté des premiers rangs que les regards vont se tourner. L’ensemble des parlementaires UMP du Rhône devrait faire le déplacement, dont le filloniste Bernard Perrut. Emmanuel Hamelin, candidat déclaré à la mairie de Lyon en 2014, profitera de l’absence de son challenger dans la course aux municipales, Michel Havard, retenu pour des raisons professionnelles. Autres absents, le sénateur-maire d’Oullins François-Noël Buffet et la députée européenne Nora Berra, retenue à Paris pour l’enregistrement d’une émission. Ces deux excusés, de marque, ont pour point commun de soutenir François Fillon pour la présidence de l’UMP.