La tribune libre de Justin Calixte

Il y a des chiffres qui font peur. A en croire les sondages, parmi les Français qui regardaient le débat du 2è tour des Présidentielles, 34% ont été davantage convaincus par Marine Le Pen plutôt que par Macron. Comment peut-on être convaincu après une prestation aussi lamentable ? 67% des électeurs votent par adhésion pour elle. 50% des électeurs de Macron n’ont pas voté par adhésion.

Au 1er tour, 5 % avaient voté par nihilisme pour des candidats totalement déconnectés des réalités de l’économie.

20% avaient voté par fidélité suicidaire pour un élu de droite malhonnête et menteur qui a toujours vécu aux frais de la princesse en se souciant davantage de son intérêt que du nôtre.

20% avaient voté par colère imbécile pour un démagogue gauchiste, admirateur de Chavez et Castro.

Eh ben mon vieux, ça promet !

A force de fabriquer des ribambelles d’analphabètes dans nos écoles de la République, à force d’écouter les journalistes idéologisés dans les écoles de journalistes aux mains de trotsko-marxistes, à force de supporter les errements d’une justice enseignée dans le repaire de gauchistes qu’est devenue l’école de la magistrature plus soucieux des criminels que de leurs victimes,

A force de voir nos politiques de droite, du centre, de gauche et des extrêmes nous raconter des salades auxquelles plus personne ne croit, nous voilà aujourd’hui dans une France sans culture, sans repères, déboussolée, loin de la France apaisée que nous promettait Marine le Pen que l’on a vu l’autre soir haineuse et sans nuances. Le peuple des « Lumières » tellement fier de lui-même voit aujourd’hui triompher la bêtise crasse et l’inculture.

Car autrement comment expliquer que les électeurs du Front National qui ne sont pas tous des nazis en puissance mais plutôt des bandes de nases impuissants et incompétents. Bien sûr que les électeurs mélenchoniens et autres trotskistes ne sont pas des guérilléros sud-américains mais plutôt des laissés pour compte aveuglés par une idéologie dominante qui a pourtant montré ses limites dans tous les endroits du monde où elle s’est imposée par le mensonge et a conservé le pouvoir par les tanks.

Macron a promis d’en finir avec l’éducation post soixante-huitarde, de nous débarrasser de nos élites politiciennes d’hier, rejetées dans les poubelles de l’histoire et de rassembler notre France en guenilles. Sera-ce possible ? Pourra-t-il agir comme il semble le souhaiter avec une aussi faible adhésion ? Espérons qu’il réussira, sinon le pire est au bout du chemin.

Allez, oublions nos frustrations, nos vieilles rancœurs, nos colères stériles.

En avant, marche !