Par Justin Calixte

Ouf ! Ca y est ! On va enfin passer à autre chose. Enfin ! Ces élections à répétition n’en finissaient plus.

Nous voilà débarrassés de quelques figures de proue de la politique française qui, par leur manque de vision et de courage, ont conduit la France là où elle en est. On n’entendra plus parler des ex-icônes, Giscard, Chirac, Jospin, Le Pen, Chevènement, avant leurs prochaines obsèques. Strauss Kahn et Denis Baupin feront peut-être encore parler d’eux mais seulement dans les rubriques « faits divers » et justice.

Quant aux refaits d’hier, Aubry, Hollande, Ayrault, Sapin, Gaino, Placé, Le Guen, Sarko, Fillon, Juppé, Glavany, Guigou, Cambadelis, Hamon, Menucci, Dufflot, Filippetti, Rama Yade… ils vont rejoindre les poubelles de l’histoire qui ne retiendra pas leur nom mais se souviendra de leur génération maudite. Quelques canards comme Bayrou, Royal, Valls sont encore vivants. Encore que, ils font penser à ces volatiles à qui l’on a coupé la tête et qui galopent encore dans la basse-cour. On pourra regretter que quelques-uns aient été emportés par la vague alors qu’ils ne le méritaient pas. Mais en est-on si sûr ? N’étaient-ils pas complices d’un système qu’ils refusaient de dénoncer ?

Dans notre région la tornade Macron a également fait de gros dégâts.

Exit, Thierry Braillard, dont on pouvait se demander comment il avait pu finir secrétaire d’Etat.

Exit, Najat Belkacem tellement décevante depuis qu’elle avait choisi une carrière d’apparatchik. Va-t-elle comme elle l’a envisagé, se reconvertir dans la chanson ?

Exit Nora Berra, Michel Havard, Pierre Alain Muet, Georges Fenech, Philippe Meyrieu, Laurence Balas et autres figures du guignol politique lyonnais. Ils rejoignent les Fraysse, Noir, Tête et autres baudruches grenouillantes qui rêvaient de faire un effet bœuf avant d’exploser en plein vol. Bon débarras. Espérons que les nouveaux venus conscients du malaise du pays, ne suivront pas l’exemple de leurs aînés inconséquents, irresponsables et impuissants.

Pour réussir, le président Macron devra également mettre au pas – il semble qu’il ait commencé – la gente journalistique qui, elle aussi, a fait son temps et s’est définitivement ridiculisée par des pronostics chaque fois démentis. Cette dernière semaine encore !

On peut imaginer que, si l’on avait demandé aux Français de voter pour savoir qui, des journalistes pseudo experts ils souhaitaient encore voir la bobine dans leur petite lucarne, la bafouilleuse Ruth Elkrief, Christophe Barbier et son écharpe rouge, l’omni présent Laurent Joffrin, le balourd Bruce Toussaint, l’improbable Anne-Sophie Lapix et combien d’autres auraient été à juste titre balayés.

Il nous a promis également qu’il allait auditer les 150 hauts fonctionnaires qui en réalité font la pluie et le beau temps en France. S’il réussit à virer tous les hiérarques qui ont privilégié les intérêts de leur caste plutôt que les intérêts du pays, on pourra enfin espérer un avenir meilleur pour les générations futures.

Sinon… le pire reste à venir. Surtout quand on constate, après avoir fait les comptes, que plus de la moitié du corps électoral n’y croit vraiment plus.