La tribune libre de Justin Calixte

Mes amis de droite qui, à juste raison, n’en peuvent plus de la gauche – et conséquemment n’en veulent plus – n’envisagent pas une seconde de ne pas voter Fillon.

Même s’ils ont bien compris que la probité n’était pas son fort. Même s’ils savent bien que le mensonge ne lui fait pas peur, même s’ils sont désormais persuadés qu’il n’est pas innocent des malheurs de Sarko dans l’affaire Bigmalyon, même s’ils n’en reviennent pas de voir à quel point leur candidat aime l’argent, même s’il semble totalement déconnecté du commun des mortels, il n’est pas question pour eux de voir perdre une élection présidentielle présentée comme gagnée d’avance. Et tant pis pour la morale !

Pour ma part, n’ayant jamais transigé avec ceux qui manquent de probité, je ne voterai pas pour lui. Et, si je ne m’abstiens pas, voterai-je pour Macron ?  Car je sais bien qu’il ne prendra pas Hue, Bergé ou même Bayrou dans son gouvernement.

Macron président, n’oublions pas qu’il restera les législatives. Il sera alors toujours possible de voter pour la droite. Le président Macron qui n’est ni à gauche ni à droite, sera bien obligé de choisir un 1er ministre de droite. La majorité sera donc de droite et appliquera un programme de droite. Mais nous serons débarrassés de quelques chevaux de retour et notamment de Fillon, la duplicité faite homme.

J’espère que ce billet de propagande (j’ai presque honte) fera réfléchir mes amis déboussolés par tout ce tohu-bohu. Ainsi leur camp gagnera et le président sera un véritable arbitre capable peut-être de réconcilier les Français de tous bords. Qui pourrait s’en plaindre ?

J’ajoute que les chances de leur poulain étant ce qu’elles sont, ils devront bien choisir Macron au deuxième tour. Autant le faire au premier tour,  ils auront l’impression de le faire par choix plutôt que par obligation.

Enfin moi ce que j’en dis !

Faites bien comme vous voulez mais évitez les réflexes pavloviens…