La tribune libre de Justin Calixte

Ceux qui ont la gentillesse de lire mes chroniques se souviennent peut-être que je pronostique la victoire d’Emmanuel Macron depuis septembre. Pari risqué, puisque journalistes politiques et politologues distingués souriaient de cette « gravure de mode » et affirmaient que la bulle allait éclater d’un jour à l’autre.

Depuis quelques temps les Joffrin, Cohen et autres Gisbert douchés par la victoire inattendue de François Fillon paraissent moins sûrs d’eux et se montrent plus dubitatifs.

Aujourd’hui, il apparait de plus en plus évident que ce drôle de jeune homme pourrait bien nous réserver une grosse surprise.

Il va gagner pour de nombreuses raisons :

– son prénom d’abord. Il est dérivé de l’hébreu Immanouel « Dieu est avec nous ». Dans l’Ancien Testament c’est ainsi que le prophète Isaïe désignait le futur messie. En effet, on peut se demander si cet homme n’est pas béni des dieux. Jour après jour, tout se met en place, comme par magie, pour favoriser son succès.

– grâce aux dieux bienveillants, le voilà débarrassé de Juppé qui aurait pu lui tenir la dragée haute s’il avait gagné la primaire de droite.

– le voilà débarrassé de Hollande qui, s’il s’était présenté, aurait pu faire de lui un Brutus.

– le voilà désormais débarrassé de Valls qui joue dans la même cour.

– le voilà concurrent de Madame Le Pen, candidate de l’antisystème comme lui, sauf que lui, plus propre sur lui, plus respectable, prendra les nombreuses voix de ceux qui veulent que ça change et qui, faute de mieux renforçaient les rangs du FN. Marine prenant au passage un sacré coup de vieux.

Mais les dieux n’en ont pas fini. Le succès imprévu d’un Benoît Hamon socialo gauchiste va pousser les électeurs de la gauche raisonnable dans ses bras grands ouverts. Fillon, représentant de la droite de la droite, n’ayant pas réussi à rassembler son propre camp, nombre de centristes l’ont déjà rejoint. Cerise sur le gâteau, ce même Fillon présenté comme un étalon de vertu s’avère s’avère avoir un rapport étrange avec la vérité, l’argent public et pour tout dire l’honnêteté. Le voilà disqualifié.

N’en déplaise à Christophe Barbier, il va gagner surtout parce que les Français déçus par Sarkozy et floués par Hollande rêvent de renverser la table.

N’en déplaise à Roland Cayrol, il va gagner parce que beaucoup de jeunes qui ne croyaient pas ou plus à la politique se sont inscrits en masse sur les listes électorales et se précipitent dans les meetings.

N’en déplaise à Michèle Cotta car il est le seul à avoir une vision intelligente et raisonné du monde qui nous attend.

N’en déplaise à Ruth Elkrief, il va gagner parce qu’il n’appartient à aucun de ces vieux partis politiques dépassés par les événements.

N’en déplaise à Sophie Lapix, il va gagner parce que ceux qui vont tenter de le démolir sont aujourd’hui complètement déconsidérés.

Sera-t-il pour autant un bon président ? Fera-t-il le poids face aux crocodiles que sont Poutine et Trump ? On a le droit d’en douter. Mais ce qui est écrit est écrit. Il faudra faire avec et croiser les doigts.

Enfin moi ce que j’en dis…

 

PS : La seule chose qui me fasse douter c’est qu’Alain Minc le soutienne… comme il l’avait fait pour Balladur en son temps, Sarko en 2012 et Juppé aux primaires de 2016.
En complément : Le programme lyonnais des trois ténors de la présidentielle