Par Morgan Couturier

Exclusif. La vente de la brasserie Rive Gauche a été officialisée ce lundi par la famille Guillermin, laquelle accroît encore un peu plus sa présence dans le sixième arrondissement.

La menace d’un rachat par McDonald’s a longtemps plané au dessus de la brasserie Rive Gauche, implantée depuis 33 ans sur le prestigieux cours Franklin Roosevelt. Il n’en sera rien. Guettant la bonne affaire depuis six mois, Pierre-Olivier Guillermin et son frère Nicolas ont officiellement acquis l’établissement, ce lundi. Interrogé par nos soins, le propriétaire de l’Hôtel Best Western Richelieu n’a pas souhaité communiquer le montant de la transaction, avançant seulement une offre à « sept chiffres ». Celle-ci devrait osciller autour des 1,2M€ évoqués lors des supputations inhérentes à l’arrivée du leader de la restauration rapide. Une proposition conséquente, à laquelle s’ajoutent d’importants travaux, estimés selon l’intéressé à 400 000€. Sitôt acquis, Pierre-Olivier Guillermin n’a pas tardé à mettre la main à la pâte. Les premiers ouvrages ont débutés dès le lendemain (mardi). Le Rive Gauche va donc connaître de profonds changements, que les clients auront le loisir de découvrir le 6 mars prochain, date annoncée de sa réouverture.

400 000€ de travaux

« Pour la décoration, on travaille avec le cabinet Since Studio qui a déjà procédé à l’agencement de la brasserie Le Central, précise l’entrepreneur lyonnais. L’idée est de redonner au Rive Gauche,  l’image qu’il avait. Nous partons ainsi sur une bistronomie chic, avec des produits nobles et frais. À cela, nous allons ajouter une cave à vins privatisable jusqu’à 10 personnes. Les clients pourront apprécier notre carte des vins avec un peu plus de 70 références et une vingtaine de choix au verre pour ce qui est du vin et du champagne ». Les inconditionnels du lieu sont donc en mesure de croire à un profond chambardement. La décoration à la parisienne a vocation à disparaître, conséquence direct d’un lifting minutieux. À titre d’exemple, les nouveaux acquéreurs ont prévu « quelques clins d’œil » à destination de la capitale des Gaules, à l’image du comptoir, redessiné par les Etains de Lyon. Cependant, tout n’est pas à jeter. La terrasse est bien évidement conservée, au même titre que le chef Jean-Christophe Gervais. Pour le reste, « on va rafraîchir et rajeunir l’équipe », assure Pierre-Olivier Guillermin, qui souhaite mettre en valeur la date de création de l’institution, symbolique à plus d’un titre.

Une bistronomie chic tous les jours

Avec cette nouvelle acquisition, le clan Guillermin conforte sa présence dans le sixième arrondissement de Lyon. Cet achat s’imbrique pleinement dans la politique d’investissement menée par les deux frères. « Le Rive gauche est une institution créée en 1983 et qui a perdu ses lettres de noblesses depuis l’arrivée de Christian Galmiche, tacle le nouveau gérant. Il en a fait n’importe quoi et a perdu la moitié de son chiffre d’affaires (estimé à 900 000€). Ainsi que la clientèle qui va avec. Pour nous, cet investissement est motivé par l’histoire de la brasserie et son emplacement stratégique au cœur du 6e. On se renforce aussi, c’est important pour nous ! » Reste donc à reconquérir le cœur et le palais des clients. « Il va falloir un peu de temps », concède le restaurateur. Pour y parvenir, le Rive Gauche a prévu d’ouvrir tous les jours. À l’exception près du dimanche et lundi soir. Mais le changement, c’est maintenant.