Par Morgan Couturier et Laura Noailly

Huit ans après le sacre de son coach Rasmud Kofoed, le chef danois Kenneth Toft-Hansen a offert un deuxième Bocuse d’Or à son pays. Primée pour son assiette, la France de Matthieu Otto termine en 6e position.

Croisé dans les travées du stand Valrhona, Guy Lassausaie avait envie d’y croire, quitte à miser une pièce sur le clan tricolore, en dépit d’une « viande un peu trop cuite ». Hélas pour Matthieu Otto et l’équipage français, cet encouragement fut bien trop silencieux pour surpasser l’enthousiasme scandinave, visible aussi bien en tribunes qu’autour des cuisines. Alors dans ce capharnaüm, semblable à une ambiance de stade de foot, les supporters danois ont eu le dernier mot sur leurs homologues suédois et norvégiens, pourtant perchés jusque sur les hauteurs.

Les vikings raflent la totalité des prix

Avec ce sacre du très exhorté Kenneth Toft-Hansen, teint d’émotion pour Monsieur Paul, dont on commémorait le premier anniversaire de sa disparition, le Sirha tient là, la conclusion idéale à une édition 2019 marquée par la domination insolente des cuisiniers nordiques, une croissance record « du nombre de visiteurs de l’ordre de 33 TGV » dixit Olivier Ginon, où les temps forts (la victoire de la Malaisie lors de la Coupe du Monde de la pâtisserie, le Dîner des Grands Chefs) auront formidablement animé la semaine préparée depuis 2 ans par les équipes de Marie-Odile Fondeur.

Les afficionados du concours créé par Monsieur Paul en 1987 auront noté que cet opus se referme sur un motif d’espoir : la dernière victoire danoise avait été suivie d’un sacre français. Cela laisse songeur, et met déjà en appétit. Vivement 2021 !

Résultats 2019 :

Bocuse d’Or : Danemark 2187 points

Bocuse d’argent : Suède : 2131 points

Bocuse de bronze : Norvège 2118 points

Prix du meilleur commis : Christian Wellendorf (Danemark)

Prix spécial assiette : France

 

Prix spécial plateau : Finlande

Prix de la meilleure promotion : Maroc