Zahradine Maaloom, Sébastien Alesio et son père Jacques. Photo © DR

Par Léna Ailloud

Le club de taekwondo de St-Priest est ambitieux en 2014. Son champion, âgé de 15 ans, s’appelle Sébastien Alesio.

C’est l’histoire de Zahradine Maaloom. Il est sportif dans la discipline de taekwondo depuis son plus jeune âge. Entrainements assidus et moral de combattant : l’addition des deux le mènera rapidement à intégrer l’équipe de France. Il fréquentera alors les plus grands de la discipline, comme Pascal Gentil,  seize fois champion de France. Fort de son palmarès impressionnant, il décide de quitter son kimono pour enfiler la veste de coach. D’abord à Vénissieux, aux côtés de son frère, il entrainera les adeptes du sport. « Je passais très souvent devant la salle de St-Priest et je me disais à chaque fois à quel point j’avais envie d’y travailler, à quel point cette salle était magnifique. » Trois ans après, le dirigeant du club de St-Priest l’appelle pour lui annoncer son déménagement en Auvergne et son souhait de remettre la gestion du club à Zahradine. Le club compte dans son comité un président, un vice-président, une secrétaire et un trésorier mais pas une décision n’est prise sans l’accord du nouveau coach.

Pendant ce temps-là, une autre histoire commence également. Celle du papa de Sébastien Alesio, qui tente par tous les moyens d’inscrire son fils, au tempérament « speed » à une activité. Natation, gym, Sébastien adhère finalement, à 5 ans et demi, au club de taekwondo de Bron, ville dont il est originaire. Il rejoindra ensuite, dans son évolution sportive, le club de St-Priest où avec son coach, Zahradine, ils formeront un nouveau duo gagnant. C’est alors leur histoire commune qui démarre. En piochant dans les meilleurs athlètes de son association, le coach prend immédiatement Sébastien. « C’est le numéro 1 de la région. Il est en catégorie Junior depuis cette année. C’est un guerrier. » Débutent alors stages intensifs de 5 jours pour les plus prometteurs d’entre eux, les championnats et compétitions, les déplacements en France et aussi à l’étranger pour Sébastien. Mais la particularité du jeune est qu’il revient toujours avec un nouveau titre. Cinq titres de Champion de France et il arrive à la troisième place du podium au Championnat d’Europe en 2013 en Allemagne : l’athlète fait honneur à son club de St-Priest mais aux autres aussi.

Sébastien Alesio
Pour son référent, Sébastien a tous les atouts pour réussir. En particulier sa famille. « Moi aussi j’aurais aimé qu’à chaque compétition, mes parents soient là. On se déplace tout le temps et à chaque fois, sa famille est présente. C’est une chance inouïe et ça aide. »   C’est vrai que son papa, Jacques Alesio n’est pas peu fier du fiston. Il avoue son investissement personnel et financier pour sa réussite sportive mais rappelle volontiers que les études sont la priorité. « Il assure avec 16.5 de moyenne à l’école. Il a même eu les félicitations pour ce trimestre. » Cela n’empêche pas les projets et Zahradine en a beaucoup pour Sébastien. Ce week-end, il participera à l’Open International d’Alsace. Le reste du temps, il s’entraine quatre fois par semaine et cette préparation devrait lui permettre d’atteindre les Jeux Olympiques Junior dans deux ans, selon son coach. En mars prochain, il combattra également aux Championnats du Monde, pour la plus grande fierté de l’équipe qui l’entoure.

Aujourd’hui  Zahradine Maaloom sait que les efforts qu’il fournit quotidiennement pour le club payent. Le club de taekwondo de St-Priest a largement augmenté ses effectifs cette année. Ils sont désormais 5 entraineurs et sont en possession de plus de créneaux pour donner leurs cours. Et les très bons résultats de Sébastien y sont pour quelques chose, ils en sont certains. Déjà dix combattants ont quitté leur club pour rejoindre le champion à St-Priest. Mais au-delà de ces bonnes nouvelles, il fait part de quelques regrets : « Je trouve dommage que le taekwondo ne soit pas un sport médiatique. On pense toute suite sport de combat donc violent. Mais c’est avant tout un art martial passionnant avec un bon esprit. » Un premier sponsor Sweety Drink, distributeur de boisson,  a rejoint l’équipe. Frédérique Adam, chargé de communication promet pour l’avenir, un club mieux connu du public : des affiches, un vrai dossier de presse et un site internet sont en cours de création. L’équipe de St-Priest compte aussi organiser des compétitions dans leurs locaux. Mais la priorité aujourd’hui est d’écrire la suite de cette belle histoire. Celle de Sébastien Alesio, sans doute futur grand nom du taekwondo.