Photos © Fabrice Schiff

Propos recueillis par Benjamin Solly

Aux manettes du salon du mariage depuis 1995, qui débute vendredi 23 janvier à Lyon, Laurent Chabbat fête sa 20e année à la tête de l’événement et retrace pour Lyon People son parcours de noceur professionnel. Just married !

Lyon People : Comment est né le salon du mariage à Lyon ?
Laurent Chabbat :
Le salon du mariage de Lyon a été créé par le photographe Georges Colomban avec quatre commerçants en 1987. Au départ, le salon ne compte qu’une dizaine d’exposants, dans l’ancien palais des Congrès. C’est Daniel Pérez qui a proposé à Georges Colomban de booster la commercialisation du salon. Danielle Requien s’en est occupé pendant un an avant que Daniel Perez ne me confie les rênes du salon l’année suivante. Nous sommes en 1995 et je suis commercial chez Radio Scoop. J’ai 29 ans et je tape dedans ! ( rires ) J’ai commencé à rechercher de nouveaux exposants car, au même moment, nous subissions la concurrence d’autres salons dans la ville ou dans le département. Mais nous avions Radio Scoop, avec un système de communication ultra-efficace. Nous étions partout en ville. Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’un salon consacré au mariage à Lyon. C’est le nôtre.

Comment expliquer ce succès pérenne ?
Le succès, ce n’est pas celui du salon mais celui de nos exposants. Nous avons entre 80 et 90 exposants chaque année. Cela représente un chiffre d’affaire de 350 000 à 400 000 euros. La commercialisation des stands commence chaque année au mois de juin. Les exposants des années précédentes sont prioritaires pour renouveler leurs stands et nous fidélisons à hauteur de 85%. Chaque année, je n’ai que 15 à 20 espaces disponibles. Aussi, nous avons toujours privilégié l’entrée payante. Nous envoyons des invitations au compte-gouttes. C’est une façon d’assurer à nos exposants une certaine motivation des visiteurs. Pas de badauds, mais des prospects. Nos visiteurs savent pourquoi ils viennent au salon du mariage et nos exposants savent pourquoi ils reviennent chaque année (sourire). Pour chaque édition, nous avons entre 7.000 et 8.000 visiteurs. Cette année, j’aimerai attirer entre 10.000 et 12.000 visiteurs.

Quels seront les temps forts de cette édition 2015 ?
Nous retrouvons les marques incontournables comme Le Printemps, 1001 listes, L’Alliancier, Tati Mariage, Smart, Kenzo… Un métier explose autour du mariage, c’est celui de wedding planner. Il y en a une petite dizaine cette année, mais je n’en prendrai pas plus. Car toute l’alchimie réside dans l’équilibre entre les différents secteurs d’activités liés au mariage. Si je prends vingt bijoutiers, ils se tireront la bourre et personne ne va vendre. Aussi, tous nos exposants textiles défilent au salon du mariage. Cette année encore, nous aurons trois défilés le vendredi, quatre le samedi et quatre le dimanche. Nous offrons également trois heures de parking gratuit à nos visiteurs.

En 20 ans, le profil des jeunes couples qui fréquentent le salon a-t-il changé ?
Il y a encore vingt ans, les couples restaient dans le classique. La liste de mariage telle qu’on la composait dans les années 90, avec l’incontournable ménagère, c’est terminé. Car la plupart des couples qui vont se marier sont déjà installés, certains ont déjà des enfants. Aujourd’hui, les couples viennent plus chercher des alliances, des dragées ou des idées de faire-part, un joli voyage de noces. Nous avons vu également arriver plus de couples homosexuels mais c’est une clientèle qui existait déjà. Un mariage gay ou un mariage hétéro, c’est clairement la même chose. Le budget des clients du salon se situe entre 7.000 et 15.000 euros pour l’ensemble de la prestation.

Comment va évoluer le salon du mariage ?
J’aimerais que le salon conserve le même calibre car c’est le plus équilibré. Si je présentais demain des créateurs haut de gamme, que nous avons parfois eus sur le salon, je ne suis plus dans la jauge de dépense des clients. C’est un salon populaire qui fonctionne ainsi et c’est tant mieux. Une seule chose m’interpelle, c’est le développement du virtuel, et notamment de l’offre sur internet autour des alliances, faire-part ou encore des costumes. Mais un mariage, c’est aussi la joie des préparatifs qui n’ont rien de virtuel !

Le Salon du Mariage – Du 23 au 25 janvier 2015
Centre des Congrès – Cité Internationale – Quai Charles de Gaulle – Lyon 6e
Vendredi 23 janvier de 14h à 22h (défilés à 16h, 17h30, 19h30)
Samedi 24 janvier de 10h à 19h (défilés à 11h30, 13h30, 15h30, 17h30)
Dimanche 25 janvier de 10h à 19h (défilés à 11h30, 13h30, 15h30, 17h30)