Par Marc Polisson, rédacteur en chef

Pour la première fois en 18 ans, votre magazine a du complètement se réinventer en 10 jours pour sortir dans les temps. « Paulo des bords de Saône », un sacré numéro qui n’a pas été un long fleuve tranquille. Récit.

Samedi 20 janvier 2018. Pendant une demi-journée, Lyon People.com est resté sans voix. Difficile de prendre la parole, ne serait-ce que pour annoncer la nouvelle du décès de Paul Bocuse. A la différence de nos confrères lyonnais qui étaient dans les starting-blocks de la morgue depuis longtemps, notre équipe n’a pu anticiper. Trop d’affectif, trop de liens. Impossible pour nos référents bocusiens Françoise Petit (ex directrice du Figaro Magazine RA) et Christian Mure (directeur du guide Lyon Gourmand) d’écrire à l’avance la nécrologie d’un homme qu’ils aiment.

Lyon People s’est retrouvé à poil

Et puis dans la soirée, la machine piquée aux encouragements de ses équipiers – notre contributrice Nadine Fageol en tête – s’est remise en route. Et de publier un premier papier : l’inédit testament de Monsieur Paul recueilli par nos soins en 2008 et conservé au frigo depuis. Puis il fallut établir des priorités, un semblant de calendrier : Dimanche 21, passer encourager Vincent Le Roux et son équipe à l’Auberge. Lundi 22 au matin, rendre visite au grand homme endormi dans ses habits de lumière sous le limonaire de son abbaye. Lui tenir la main une dernière fois. Partager en silence les larmes de Jean-Paul Pignol et de son vitrier Etienne Nouvet, présents au même moment.

Le syndrome de la page blanche

De retour au journal, il a bien fallu prendre le taureau par les cornes. Et rayer d’un trait de plume le magazine de février, monté à 80%, pour repartir de zéro. Le syndrome de la page blanche pour raconter Bocuse. Alors que depuis des années tout a été dit, écrit, déformé, amplifié. La solution, c’est vous chers lecteurs qui, de façon subliminale nous l’avez apportée sur un plateau. Une formule qui résume tout : « Monsieur Paul et vous ». Vos photos avec le plus grand chef du monde comme fil conducteur de ce magazine participatif à créer, tel est l’angle éditorial inédit que nous avons choisi.

10 jours pour tout reconstruire

A partir de là, vous avez répondu à notre appel à témoin. Vos photos avec Monsieur Paul constituent désormais un bel album qui unit admirateurs connus et anonymes, partageant le même respect et la même affection pour Monsieur Paul. A qui nous consacrons un dossier spécial de 30 pages. Après les mises en bouche de Christian et de Françoise, vous attaquerez en guise d’entrée un chapitre intitulé « Les hommes de sa vie »… (pour ce qui est des femmes de sa vie, se reporter – en se poilant – à la presse parisienne qui n’a jamais rien compris au film) avant de vous projeter l’album des « Lyonnais avec Monsieur Paul » en guise de plat principal.

Merci à notre équipe !

Bâti dans l’urgence, avec passion, ce numéro collector est une prouesse. Un grand merci à notre équipe rédactionnelle (Françoise, Nadine, Christian… épaulés par Morgan Couturier et Christophe Magnette (à la plume inimitable), nos photographes Fabrice Schiff, Saby Maviel et Jean-Luc Mège qui signe cette sobrement belle couverture en noir et blanc. La mise en page de Ghislain Lainé met particulièrement en valeur l’univers de Monsieur Paul.

Merci à nos témoins Alain Vavro, François Pipala, André-Claude Canova, Jojo Midroit et Eric Obeuf qui, malgré l’émotion et leur tristesse, nous ont accompagnés dans notre démarche. Merci à l’équipe de l’Auberge du Pont de Collonges pour sa gentillesse et son accueil durant ces deux semaines.

Nous aurions voulu faire plus beau, plus grand. Trop compliqué en si peu de temps et sans financement. Ce numéro comporte donc certainement des imperfections et des oublis. Merci par avance, chers lecteurs, pour votre indulgence.

Bonne lecture sous le regard de Monsieur Paul qui adorait la presse ! Elle le lui rendait bien !

Si vous souhaitez recevoir ce numéro à votre domicile,
envoyez un chèque de 10 euros à
Lyon People – BP 6171 – 69469 Lyon Cedex 06

AU TOP DANS NOS CŒURS
Nicolas Winckler et Marc Engelhard, reçus comme des princes à Collonges par Paul Bocuse et Vincent Le Roux, en septembre 2008. Les relations entre les fondateurs de Lyon People et le pape de la gastronomie auront été durant 18 ans parfois tumultueuses mais toujours passionnées. Que de bons moments passés chez vous, Monsieur Paul ! Merci…