Photo © Fabrice Schiff

Par Benjamin Solly

Souvent opaque sur la question du Grand Stade de l’OL – qu’il souhaite inclure dans une réflexion plus globale sur le devenir de Gerland, Michel Havard a assuré qu’il « assumerait » le Stade des Lumières dont la première pierre a été posée en son absence mardi 12 novembre 2013.

« Élu maire de Lyon, je serai aux côtés de l’OL », tient à rassurer le candidat UMP aux municipales lyonnaises de mars 2014. Par voie de communiqué, Michel Havard se lance dans une forme de mise au point sur ce dossier brûlant de l’agglomération lyonnaise, qui l’a souvent vu tâtonner. « J’ai pu exprimer de nombreuses réserves tout au long de ces dernières années concernant le pilotage   global   du   dossier   par   Gérard   Collomb (…) Conformément à la tradition républicaine, j’accompagnerai la finalisation de ce dossier (…) La  collectivité  a  déjà  engagé  des  financements   importants  et  accordé  des  droits  qu’elle  ne  peut  retirer », explique-t-il. L’ancien député de Fourvière rappelle que Gérard   Collomb  « avait   voté   contre   la   Cité   internationale   et   contre le tronçon nord du périphérique. » « Il  a  appliqué  un  principe  de  continuité  de  l’action publique  sur  les  grands  projets,  principe  qu’à  mon  tour  j’appliquerai », glisse-t-il.