Elle envoie du gros, la Marie – Photo DR

Par Jean-Alain Fonlupt

Formée à l’exigeante école du chant lyrique, Marie Rigaud ne raffole pas moins de rythmes qui swinguent et de textes qui sonnent ! Elle nous revient, blondeur de blé et sourire coquelicot, pour colorer notre automne à l’unisson du printemps  de «Pérouges» (son festival dédié à toutes les voix et musiques de caractère).

Comme l’envie de monter son premier spectacle lui titillait les cordes vocales depuis quelques lurettes, elle choisit cette 17e édition pour se lancer le défi de la scène. Entre flacon de whisky et espiègleries coquines, bienvenue dans son club jazzy années 40 pour un «tour de chant» 100% chansons françaises. De celles qui swinguent et qui balancent, celles qui brodent les mots autour du rythme et du tempo, celles qui accrochent leur poésie aux clefs des partitions… Sur la jolie petite scène croix-roussienne du «Théâtre sous le Caillou», Marie la pétillante, accompagnée d’un excellent trio jazz, chante, entre autres références hexagonales, le dandysme de Gainsbourg, «l’amour vache» selon Boris Vian (Fais-moi mal, Johnny, Johnny, Johnny…), la verve poétique de Claude Nougaro, l’élégance mélodique de Michel Legrand… Un répertoire qui parle au cœur et fait claquer des doigts ! Cocorico ! On s’y précipite !

Dimanche 13 octobre 2013 à 17h et 19h  et lundi 14 octobre à 20h30
Théâtre «Sous le Caillou», 23, rue d’Austerlitz – Lyon 4e
www.festival-perouges.org