Par Marc Engelhard, directeur de la rédaction

Après 2 ans d’enquête, c’est à un voyage patrimonial et romanesque hors norme que nous vous convions à travers ce magazine qui, nous l’espérons, va booster votre imaginaire et ravir votre vue.

Du plateau de Caluire aux balmes de Cuire, en passant par les rives du Rhône, vous allez croiser dans leurs propriétés des personnages de toutes conditions au destin étonnant. Qu’il s’agisse des pieuses retraitantes de l’Opus Dei de la montée de la Sœur Vially, des promoteurs véreux de Cuire le Bas, des échevins emperruqués de Margnolles, des maraîchers millionnaires du Vernay ou encore des maires de Lyon en goguette au Vernay, ils forment une grande fresque humaine qui ravira aussi bien les aficionados de Marcel Proust que ceux de Claude Lelouch.

Tous ont la particularité d’avoir marqué le territoire de Caluire de leur empreinte, aussi infime soit-elle. A Vassieux, nous avons croisé la suite de l’empereur Napoléon III, sur le domaine des Brosses où l’on pouvait côtoyer à la fin du XIXème siècle les grandes figures de la bonne société lyonnaise. Un siècle et demi plus tard, dans ce même quartier, nous nous sommes retrouvés dans le bureau du célèbre inventeur de la police scientifique Edmond Locard.

Dans ses pas, nous avons usé des dernières technologies (hélicoptère, drones…) pour cette enquête minutieuse de 2 ans qui nous a conduit sur la piste des plus belles propriétés caluirardes toujours debout et sur les cendres encore fumantes de magnifiques châteaux sacrifiés sur l’autel du profit immédiat. Nous pensions avoir atteint nos limites avec les magazines consacrés à Sainte Foy et Ecully où nous avions mis en valeur une soixantaine de maisons remarquables.

Nous sommes heureux de vous annoncer que nous avons battu un nouveau record avec 90 demeures et châteaux chroniqués sur 304 pages !

Dans ces conditions, vous comprendrez que j’adresse mes premiers remerciements à toutes les familles de Caluire qui nous ont ouvert les portes de leurs propriétés ou leurs cartons d’archives. Que ce soit au Vernay, quai Clémenceau, à Cuire le Bas, à Saint Clair, à Bissardon, au centre bourg ou à Vassieux, nous avons reçu un accueil formidable. Au-delà des pierres, ce sont deux ans de rencontres incroyables qui ont jalonné notre parcours à travers les rues de Caluire avec des coups de cœur prénommés Cyril, Brigitte, Bernard, Evelyne, François, et tous les autres qui se reconnaitront.

Rien n’aurait été possible sans l’appui de la Mairie de Caluire avec laquelle nous avons signé un partenariat en mars 2017. Un grand merci à Philippe Cochet, ainsi qu’aux membres de son équipe : Anne-Laurence Lardon, Vincent Amoros, Christiane Sète aux Archives, Guillaume et Hubert Didier pour l’organisation de la soirée de lancement.

Nous avons noué une belle complicité avec les membres de l’association Histoire et Patrimoine de Caluire (ci-dessus), présidée par Bernard Basse, avec qui nous avons pu former un duo redoutable d’efficacité. Un grand merci à tous ses adhérents et aux amoureux du patrimoine caluirard qui nous ont ouvert leurs archives : Bernard Thivoyon, Renée Bernard, Georges Santus, Micha Roumiantzeff, Maryannick Lavigne… Nous voulons saluer également le travail colossal des notaires de l’Étude Bremens, avec lesquels nous avons exhumé des archives départementales plus de 150 titres de propriété, actes de vente et règlements de copropriété.

Merci à nos fidèles contributeurs Gérard Corneloup, Jean Etevenaux, Bernard Gouttenoire, Pierre Jourdan, Eric Planat ainsi qu’à nos journalistes Nadine, Laura, Christophe et Morgan qui connaissent désormais mieux Caluire que leur village natal ! Le magazine est superbement illustré grâce à nos photographes Jean-Luc Mège, Saby Maviel et Fabrice Schiff ; La mise en page de Ghislain et Marine met particulièrement en valeur les 90 maisons et châteaux chroniqués. Merci à Laurette, Bernard et Eric d’avoir consacré une journée entière à sa relecture.

Bien entendu, nous avons explosé les compteurs pour réussir ce numéro hors norme de 304 pages qui a donné des sueurs froides à mon ami et associé Nicolas Winckler que je remercie de m’avoir accompagné, une fois encore, dans cette aventure éditoriale qui marquera l’histoire de la presse lyonnaise.

Chez Lyon People, nous préférons les grands rêves en quadrichromie aux écrans étriqués de la web économie.

Merci à notre équipe commerciale dirigée par Nicolas avec Charlotte, Marie, Natalia et Jean-Philippe. Le nerf de la guerre, c’est eux ! Je veux donc saluer nos partenaires et nos annonceurs qui, chaque année, sont fidèles au rendez-vous patrimonial de Lyon People. Sans leur participation, nous n’aurions pu financer un projet de cette ampleur…

Jamais un magazine n’avait consacré jusqu’ici autant de pages à l’histoire de votre ville, chers habitants de Caluire. Un pari qui n’était pas gagné d’avance. Il a fallu convaincre, car votre ville sur le papier paraît moins sexy que ses voisines des Monts d’Or ou ses cousines de Sainte Foy et Ecully. Et pourtant qui peut s’enorgueillir de posséder autant de villas belle époque, de bâtisses du Moyen-âge, et même un château du XVIIIème signé Soufflot sur son territoire à part Caluire ?

Peu de Lyonnais connaissaient jusqu’à maintenant l’ampleur et la richesse de votre patrimoine ! Ils vont être surpris par la diversité architecturale des hameaux qui composent votre ville. Une diversité aujourd’hui menacée par la Métropole de Lyon dont la politique urbanistique incite à détruire les hôtels particuliers, les maisons bourgeoises et populaires, les ateliers d’artisans, les derniers jardins privés aussi bien à Montchat, à la Guillotière qu’à Collonges au Mont d’Or.

Caluire pourra-t-elle résister longtemps aux sirènes culpabilisantes de l’ultra densification ?

Les habitants de Caluire ont la chance d’avoir un maire qui a une conscience patrimoniale, ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé, car nous avons dénombré une quarantaine de châteaux et maisons remarquables détruits entre 1950 et 1990. Grâce à Philippe Cochet, le château de Saint Clair, le domaine Boccara ont été sauvés de la démolition, mais le danger demeure. En cette année 2019, alors que les dernières communautés monastiques viennent de quitter Caluire, nous sommes très inquiets sur le sort réservé au monastère des Clarisses.

Parmi les urgences que nous avons relevées, Vassieux bien sûr, mais aussi la restauration intérieure de la magnifique chapelle St Joseph dans l’Hôtel de ville, ainsi que le classement des majestueux portails qui jalonnent vos rues, ultimes témoins et fiers symboles des propriétés de Montchoisy (photo ci-dessus), de La Caille, des Brosses et de Bellerive entre autres…

Nous comptons sur la vigilance des élus et des habitants pour que Caluire retrouve un juste équilibre entre ses constructions contemporaines et son habitat traditionnel. Par le biais des EBP (Éléments de Bâti à Préserver), ils ont la possibilité de stopper les démolitions dans les quartiers historiques tout en favorisant la promotion immobilière dans les zones en devenir.

Nous vous souhaitons de belles découvertes et de belles rencontres grâce à ce numéro exceptionnel.

 

Lyon People – Les secrets de Caluire
6 euros chez votre marchand de journaux

Ou en consultation payante sur internet : Cliquez ici 

La distribution du spécial Caluire a lieu dès le jeudi 6 juin 2019 chez nos 1 200 partenaires dépositaires dont le Crédit Mutuel de Caluire.
Il est également en vente dans 50 maisons de la presse de Lyon et du Grand Lyon, et bien entendu dans celles de Caluire et de Fontaines sur Saône ainsi que chez Auchan (l’hypermarché).