Photo © DR

La faculté aurait délivré de faux diplômes de communication à des étudiants antillais, qui ne sont jamais venus à Lyon, dans le cadre d’un partenariat signé avec leur école sans l’accord de l’université. Elle propose aux élèves de passer leurs examens en septembre à Lyon, aux frais de l’école.

Des licences de communication auraient été données aux élèves d’une école privée de management et de marketing, basée à Pointe-à-Pitre, sans avoir fait l’objet d’aucune validation de la part du conseil d’administration de la faculté. Les soupçons se portent sur Alain Girod, le directeur de l’Institut de la communication de Lyon 2, qui aurait signé en 2011 un partenariat avec l’école sans en référer à sa direction. Une enquête interne est actuellement en cours à l’université, afin de déterminer les raisons qui auraient pu le pousser à agir de la sorte. Aux Antilles, c’est la colère qui domine, autant chez les étudiants et les parents que chez les enseignants de l’école. Les étudiants ne comprennent pas pourquoi leurs diplômes seraient remis en cause, surtout après avoir payé 4500 euros d’inscription. Quant aux enseignants, ils doivent faire face à la colère des parents. L’université Lyon 2 propose aux étudiants guadeloupéens de repasser leurs examens en septembre à Lyon aux frais de l’école. Actuellement en redressement judiciaire, elle s’est malgré tout engagée à prendre en charge leurs frais de voyage et de séjour.