Par Laura Noailly

Enfin un acte fort du préfet qui interdit aux Gilets jaunes de manifester dans la Presqu’ile de Lyon, ce samedi 13 avril 2019.

Lassés des débordements et autres désagréments causés par les manifestants, les commerçants du centre-ville ont semble-t-il gagné une première bataille. Si la guerre n’est pas remportée pour autant, le préfet vient d’interdire par arrêté toutes manifestations quelles qu’elles soient, ce samedi 13 avril de 12h à 20h, jour programmé de l’acte XXII des Gilets jaunes. Le périmètre touché par cet arrêté est le suivant : rue de la République, place de la République, rue Joseph Serlin, rue Paul Chenavard, rue
de Brest, rue Émile Zola, rue Colonel Chambonnet.

Une bonne nouvelle pour les commerçants qui depuis de nombreuses semaines font part de leurs difficultés économiques auprès du maire de Lyon, Gérard Collomb, et du préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Pascal Mailhos. Force est de constater que si les manifestations n’ont pas ralenti, ces derniers ont pris le temps de recevoir, une à une, les associations de commerçants afin d’écouter leurs revendications et de comprendre leur détresse. Les commerçants s’achètent ainsi une trêve bienvenue. Mais celle-ci aura-t-elle vocation à s’éterniser ? LN

Les gilets jaunes se trompent de cible

Voilà maintenant près de 20 semaines que les Gilets jaunes investissent chaque samedi la Presqu’île lyonnaise dont ils font fuir aussi bien les adeptes du shopping que les touristes. Autant, leurs revendications de départ étaient légitimes (taxe sur l’essence et le gasoil), ce qui leur a valu le soutien quasi unanime des Français, autant l’agit-prop et les dégradations qu’ils mènent chaque samedi contre les commerçants sont incompréhensibles et illisibles.

« Qu’ils se rassemblent tous les samedis devant la cité administrative, rue Garibaldi, aurait vraiment du sens ! » assure le patron d’une enseigne de prêt à porter, passablement énervé. « C’est là que s’organise le racket fiscal qu’ils dénoncent, pas dans le centre-ville ! » MP