Par Morgan Couturier

La paroisse Saint-Joseph des Brotteaux a connu une bien curieuse agitation ce jeudi, dans l’après-midi. Elle s’est en effet, retrouvée encerclée par deux brigades de la mission vigipirate, secondées par un véhicule de la police nationale.

Impossible dès lors, pour les piétons et les automobiles d’accéder aux rues entourant l’édifice religieux. Interrogés par nos soins, les militaires n’ont souhaité apporter de précisions, arguant toutefois que leur « présence n’était pas anodine ». Selon nos informations, ce déploiement était dû à la présence inconvenante d’un individu vêtu d’une djellaba, lors des funérailles de Jean-Paul Durand, décédé à l’âge de 80 ans. Inconnu de la famille du défunt, l’homme s’était pourtant installé au premier rang, interpellant les personnes présentes. Ces dernières ont donc alerté la police, mobilisée sur les lieux. À leur arrivée, les forces de l’ordre ont constaté l’existence d’un second individu, habillé lui aussi d’une djellaba, patientant à l’extérieur, dans son véhicule. Le contrôle réalisé sur les deux hommes et leur voiture n’a révélé aucune menace potentielle. Ils ont tout de même été conduits au commissariat du 3/6e afin d’être entendus. Après avoir été placés en garde à vue, ils ont été relâchés avec interdiction de pénétrer à nouveau dans un lieu de culte chrétien. Sur place, les prévenus avaient affirmé s’être rendus sur les lieux par compassion pour le défunt (sic).
Par mesure de sécurité, l’église a été évacuée dans l’attente de l’arrivée du service de déminage. Aucun danger n’a décelé à l’intérieur de l’édifice. Les militaires et leurs homologues de la police nationale ont fini par quitter les lieux, peu après 19h.