Par Alissia Ahr

Chineurs et amoureux de belles fripes étaient dans les starting-blocks pour la 17e édition du Marché de la Mode Vintage. L’événement leader en Europe a transporté les lyonnais dans le temps.

Faire du neuf avec du vieux n’a jamais aussi bien marché, en témoigne cet alliage unique entre le vintage authentique et le vintage inspiré présenté le week-end du 11 et 12 mars 2017 au Double Mixte. En 17 ans, le Marché de la Mode Vintage s’est imposé comme un rendez-vous culte des amoureux de mode ancienne. Les organisateurs ont accueilli ainsi près de 15 000 visiteurs sur 5 000m2 de surface d’exposition. Une baisse d’affluence par rapport à l’édition précédente, pour cause de météo printanière bien décidée à illuminer la métropole prématurément.

Mode, luxe, créateurs, déco et vinyles sont les univers clés du marché. L’espace était consacré pour plus de la moitié à la mode, avec la présence remarquée de Jacques Haffner, le reste étant reparti entre les exposants dédiés à la décoration. Pour les fans de déco justement, le marché a réuni plusieurs exposants dont les Puces du Canal (le 2e plus grand marché de France), Emmaüs ou encore The Cycle (la Bentley du vélo électriques lyonnais). Pour les amatrices de mode, une allée était dédiée au luxe et au vintage authentique.

Thématique colorée : Pop Heroes

Les trois associées de la société Market Prod, Marie Sciberras, Virgine Convert et Claire Romarie-Poirier ont repris en 2016 le Marché de la Mode Vintage. Imaginé en 2001 par Modalyon et l’Université de la mode, Claire Romanie-Poirier, la directrice communication et presse décrit le marché comme une expérience unique à découvrir : « Venez vivre un moment vintage, respirer le vintage avec chaque année une nouvelle thématique ». Le thème de cette nouvelle édition était un clin d’œil à la culture populaire, accessible à tous. Il incarne le pop art remis au goût du jour dans une ambiance années 80-90.

Avec pour slogan : « You can be heroes just for one week-end » (Vous pouvez devenir des héros le temps d’un week-end). Pour les malchanceux, l’événement reviendra en 2018, à ne pas manquer !