Par Marco Polisson, rédacteur en chef

Le patron du groupe Lavorel Hôtels partage la vedette de ce numéro de janvier avec Michel Rochedy, Jérôme Bocuse et Paul-Maurice Morel, Marc Jean, Anthony Lopes, la Fête des lumières, Béatrice Collin, le championnat du Monde de pâté croute d’Arnaud Bernollin, la Ville de Megève, le chef Mathieu Jullien, Jean-Christophe Meynand, Vladimir da Silva, Jean-Sébastien et Aurélie Veilleux… entre autres !

Mais attardons-nous quelques instants sur Jean-Claude Lavorel. C’est la seconde fois qu’il fait la couverture de notre mensuel. Son dépucelage – en la matière – est intervenu en mars 2002 pour notre 8ème numéro alors qu’il était patron de LVL Médical. Il partage alors la une – mais pas que – avec Jean-Michel Aulas. Une période pas si lointaine, mais qui nous semble toujours mythique car nous débutions dans la presse magazine. A cette époque, la reine des RP Carole Dufour organise chaque année un défilé-dîner de bienfaisance dans les salons du Hilton dont le clou du spectacle est une vente aux enchères au profit de l’association « Vivre Avec » de Régine Goinère (photo ci-dessous). Le tout Lyon est au rendez-vous.

Quand deux grands fauves se jaugent…

En guise de bouquet final, sous le marteau de Maître Jean-Claude Anaf et sous le regard amusé de Daniel Paillasseur et Oliver de Kermel – que nous embrassons tous trois au passage – s’affrontent alors autour d’une montre Korloff le boss de l’OL et Cegid Jean-Michel Aulas *, carnassier comme jamais, et notre Jean-Claude Lavorel, tout sourire en embuscade derrière ses lunettes rondes… A l’issue d’une bataille épique, la montre s’envole pour 32 800 F (une somme rondelette en 2002) au bras du président de l’OL. Une belle histoire qui explique – entre autres – la complicité qui unit les deux hommes. C’est d’ailleurs sans avoir jamais mis les pieds au Parc OL que JCL a signé le bail du Kopster Hôtel avec JMA en 2017 ! C’est dire…

Marco, témoin de mariage !

Dix-sept ans plus tard, Charline Bresse et Justine Molina (respectivement DGA et responsable com de Lavorel Hôtels) nous ont donné rendez-vous à Courchevel pour une exclusivité de taille : la passation de pouvoir entre Michel Rochedy et Jean-Claude Lavorel dans les salons de l’hôtel Le Chabichou que l’homme d’affaires lyonnais vient de racheter. Une journée au grand air comme on les aime, rythmée par deux temps forts : la cérémonie de remise de la médaille de chevalier dans l’ordre national du Mérite au chef étoilé Stéphane Buron (reportage en ligne, ici) et l’interview exclusive de JCL et de son vendeur Michel Rochedy. Entre les deux hommes, « le courant est passé » comme ils l’expliquent au cours de cet entretien à lire sans tarder.

« Au Progrès, on n’a plus de patrons, on a des directeurs. L’humain a complètement disparu. » Marc Jean

Également à l’honneur de ce numéro de 100 pages (notre record pour un mois de janvier grâce à la fidélité de nos annonceurs, ça fait chaud au cœur !), Monsieur Progrès, alias Marc Jean. Une tête de gondole improbable pour ceux qui connaissent le début de notre histoire. Comme il l’a raconté lui-même lors de son pot de départ au Selcius, le directeur de la promotion du Progrès a en effet mal vécu l’arrivée de Lyon People sur la scène médiatique lyonnaise en 2001. Au point, par exemple, de jeter à la poubelle nos magazines mis en place –  avec la complicité de Marie Roussille – sur les stands du village du Grand Prix de Tennis de Lyon dont le Progrès était… le partenaire presse exclusif…

Non, vous ne rêvez pas, c’est bien Marc Jean on the radio !

Au fil des années, ce différend a laissé la place à une amitié sincère qui explique notre présence au côté du quotidien régional de référence – que nous respectons sans pour autant en comprendre le cheminement et au sein duquel nous avons des amis fidèles – sur nombre de ses évènements les plus emblématiques (Trophées de la Gastronomie, Fête de l’Eté, Trophées du Tourisme…).

Pour la première fois, le créateur du Resto Foot et ex speaker de l’OL sort de sa réserve pour vous raconter 40 ans de sa vie au sein de ce monument de la presse régionale et son sentiment par rapport à sa gouvernance et sa nouvelle orientation numérique. Une interview vérité illustrée de photos collectors (avec toute la ville) qui ravira les amoureux de la presse… papier (n’est-ce pas Jacques Simonet) !

Bonne lecture à toutes et à tous !

Lyon People n°192 – Janvier 2019 – 100 pages
Disponible dans les 1200 plus beaux établissements lyonnais

* En 2002, les deux hommes sont au coude à coude en matière de business-show avec un léger avantage pour JMA. Le patron de l’OL est alors à la tête d’une fortune de 435 millions de Francs tandis que Jean-Claude Lavorel est crédité de 360 millions de Francs.