chanel1 Par Alain Starr

 

Après Londres, New York et Milan, Paris finit en beauté le circuit des "grandes" fashion weeks du globe. Malgré le lot de soirées et de gens décadents que la semaine de la mode déverse sur la capitale, cette édition s'est avérée curieusement assez calme. Notre correspondant permanent à Paris était dans la place.

 

chanel2

Paris, rue Saint Honoré. D'ordinaire arpentée par des hordes de gigantesques jeunes filles à peine majeure aux accents slaves et de jeunes hommes très apprêtés, l'artère la plus branchée de Paris pendant la fashion week est curieusement calme. Afin de mesurer la température, rien de tel qu'un café à la Coupe d'Or, le bistrot juste en face de Colette. Rendez-vous matinal avec Dragana Capaca, histoire de connaitre les potins de la semaine des défilés de Milan, et les pronostics sur Paris. Ancien mannequin d'origine serbe, elle dirige  aujourd'hui la très en vogue marque italienne Costume National. "Fabouleux, extraordinairrrre, chéri tou comprend Milanooo c'était ma-gni-fique". Tout en parlant avec les mains des péripéties de Sacha Baron Cohen alias Borat lors du défilé d'Agatha (Ruiz de la Prada), elle dresse un tableau sur les soirées de son mari et de leurs ami Roberto (Cavalli), Domenico (Dolce), Stefano (Gabbana), Maurizio (Gucci) et d'autres prénoms sur lesquels je n'arrivais pas à mettre de noms. 
 
chanel3 Petit coup d'œil rapide sur le programme de la semaine. On ne garde que le meilleur!  Lundi, Cacharel au Carousel du Louvre. Mardi Balenciaga, Mercredi, Lagerfeld, Ungaro et Lacroix. Jeudi, Stella Mc Cartney, Léonard, Guy Laroche, Céline. Vendredi, Requiem (trop tôt! 9h30 à l'interallié, quelle idée?) Chanel au Grand Palais (photos), suivi de Valentino et Agnes B. Samedi Colette, Chloé, Hermès et Galliano. Et enfin dimanche, un petit tout au prix de l'Arc de Triomphe rebaptisé prix Qatar de l'Arc de Triomphe, puis Louis Vuitton, Lanvin et enfin Miu Miu. Est-il utile de préciser que nous n'avons pas été à un seul de ces défilés ? Trop de travail, et surtout trop de soirées.
 
chanel4 Comme le dit très bien Thibault Courtois d'Aubéry, organisateur de l'after show réussi de Mario Shwab à l'Hôtel de Marignan "on connait le soir l'essentiel de la journée, l'accessoire sera la semaine prochaine dans les magazines!". Petit tour d'horizon. Mardi, soirée Helmut Lang chez les Pozzo di Borgho rue de l'Université. Leur hôtel particulier mis en vente depuis de nombreuses années au prix pharaonique de 100 millions d'euros ne trouvant pas preneur – malgré la présence de Karl Lagerfeld dans l'un des appartements – dispose en effet d'une somptueuse salle de réception. Petit tour au BC, fréquentable uniquement le mardi. Du beau monde, des modèles, Jude Law visiblement très… inspiré au bras d'une amie toute aussi stupéfiante. Mercredi, 40 ans de création de Rykiel à Saint Cloud. Trop loin, pas le temps. Direction le Mathi's. Le seul endroit où l'on peut encore croiser des gens en smoking sans croire qu'ils sont déguisés.  Pendant que Dita Von Teese fait son show côté resto, Ardisson s'offre le luxe d'un dîner côté bar. People, discret et très privé, idéal pour se ressourcer.
 
chanel5 Jeudi soir. Givenchy chez Régine. No comment. Petit tour au Costes, où L'inusable Rolland tente de contenir un troupeau d'anonymes qui ont tous un "ami à l'intérieur". A l'intérieur justement, que du beau monde. Lucy Liu, Rihanna, Kane West… une bonne ambiance générale qui s'achèvera dans les suites de l'hôtel ! Tout le monde commence à fatiguer mais les festivités ne font que commencer ! Vendredi. Soirée Castelbajac au Showcase. Mareva Galanter déguisée en wonderwoman et le petit Lego JCDC offert à l'entrée en guise de compensation pour une soirée sans grand intérêt. Trop peu pour moi. Direction Le Marignan. Ambiance dandy, style très élégant au rez-de-chaussée un peu gay au sous sol, le "Bar de la fée verte et caviar" de l'hôtel. Le tout Paris version nouvelle génération. Sans faute jusqu'à l'arrivée de Massimo Gargia. L'heure pour les gens fréquentables de quitter les lieux. Retour au Mathi's où tout commence et tout finit.
 
chanel6 Grande discussion dans le hall avec Gérald Nanty, le patron, l'une des dernières vraies figures de la nuit parisienne. L'occasion de parler un peu français et d'entendre enfin quelqu'un dire du bien de Paris. Au menu de la conversation, la nuit, of course.  Le Palace, boite mythique des années 80 va ouvrir dans quelques jours. L'ancienne boite redevient un théâtre, « c'est Valérie (Lemercier) qui va ouvrir » nous confie-t-il. Le privilège, underground VIP du Palace va accueillir la nouvelle boite. Une utopie pour Gérald. "A l'époque, Fabrice Emaer payait toutes les chambres des hôtels en face pour le bruit! Autres temps,…" Avant de partir, il nous souffle qu'Ardisson lui propose de reprendre La Nouvelle Eve, cabaret de la rue Fontaine – non loin du théâtre éponyme où nous sommes allés applaudir Pierre Palamde – pour en faire une boite de nuit. "Bonne nuit, Gérald" lui glisse un habitué en salopette de chantier et escarpins Louboutin. Samedi. Soirée Colette chez Régine. Ou deux bonnes raisons de rester chez soi. Rendez- vous l'année prochaine.