Par Morgan Couturier

Après avoir participé à une vente aux enchères au profit de l’association Une nuit pour 2500 voix, la société Realodge a souhaité poursuivre son action au profit des enfants malades, en rendant visite aux jeunes pensionnaires de l’IHOPe. Une belle preuve d’humanisme.

« Un homme n’est jamais si grand que lorsqu’il est à genoux pour aider un enfant », invitait Pythagore. Théoricien respecté, ce dernier avait déjà dressé en son temps les contours de la charité et de ce soutien nécessaire envers les jeunes générations, à plus forte raison lorsque celles-ci sont malades.

Des siècles ont passé, mais la société Realodge a manifestement souhaité entretenir cette pensée. Deux mois après avoir remporté un tableau aux enchères (voir ci-dessous), lors d’un gala organisé par Angélique Grasso, au profit de l’association Une nuit pour 2500 voix et des chercheurs du collectif React 4 Kids, la société lyonnaise a souhaité dépasser les frontières cette soirée de charité, pour verser dans le concret, avec l’aménagement d’une journée peinture en compagnie des enfants malades de l’IHOPe.

Dépeindre un autre tableau de la maladie

« Dans cette histoire, il n’y a pas que l’argent. On voulait aller plus loin », soutient Alain Gaillard, dirigeant de Realodge. Le Lyonnais a donc réuni Marion Cadet, auteure dudit tableau et l’association pour un instant de partage avec les jeunes occupants du centre Léon Bérard.

Au menu, une reproduction de cette toile de la jeune artiste et une pluie de sourires. Preuve que la charité ne s’arrête pas au dernier coup de marteau du commissaire-priseur. Et que le meilleur des remèdes reste encore l’attention portée à ces petits bouts.