Par Marco Polisson

Exclusif. Plusieurs centaines de personnalités du monde du sport, de la gastronomie, de la politique et de la communication étaient attendues pour souffler les 40 bougies du leader mondial de l’évènementiel.

C’est à la Sucrière (Lyon) puis au Palais de la Mutualité (Paris) qu’Olivier Ginon et ses associés devaient faire la fête, les 17, 19 et 20 décembre 2018 avec leurs salariés, clients, partenaires et amis. On imagine leur joie et leur fierté toute légitime. La petite boite de services, créée rue Vaubecour dans le 2ème arrondissement de Lyon en 1978, est devenue après 40 ans de croissance continue, le numéro 1 mondial de l’évènementiel.

Mais justement, quand on est numéro 1 et qu’on emploie plus de 2500 salariés dans l’hexagone, difficile de faire abstraction de la conjoncture sociale et du malaise que vivent nos compatriotes depuis plusieurs semaines. D’où l’annulation de la fête, confirmée par le président du groupe : « L’idée de manger du foie gras quand la France pleure ne m’amusait pas du tout » nous a-t-il confié.