8-decembre Par Laure Brumont

 

La Fête des Lumières, qui draine traditionnellement plusieurs millions de visiteurs dans les rues de Lyon pour des spectacles son et lumière gratuits, débute samedi pour quatre soirs, avec cette année une reconstitution de la scène de la fontaine de Trevi de "La Dolce Vita".

 

Cette onzième édition de la Fête des Lumières, version laïcisée d'une tradition religieuse célébrant la Vierge Marie chaque 8 décembre, sera marquée par la projection sur une grande roue de tableaux du musée des Beaux-arts. Chaque soir, plus de 70 spectacles gratuits seront proposés au quatre millions de visiteurs attendus, le début officiel de la Fête étant prévu samedi à 18h00. Pour l'inauguration de ce spectacle samedi soir, 10 000 bâtons lumineux seront distribués aux spectateurs, qui devront venir à bout d'un mur de briques virtuelles projeté sur la grande roue. Pour "renouer avec la symbolique de la Fête", la façade de la basilique de Fourvière sera pour la première fois mise en lumière, a annoncé le sénateur-maire socialiste de Lyon Gérard Collomb. Le diocèse de Lyon a prévu également une opération "portes ouvertes" des églises jusqu'à minuit durant les quatre journées de la Fête, de façon à accueillir tous ceux qui le souhaitent pour un "temps de dialogue".

 

Ainsi, parmi les autres lieux emblématiques de la ville, la fontaine de la place des Jacobins, au centre de la presqu'île lyonnaise, formera un écrin parfait pour un remake lyonnais du film "La Dolce Vita". Sur la place de l'Hôtel de Ville, les façades des immeubles seront recouvertes de glace lumineuse, qui fondra sous l'effet de la chaleur, tandis qu'un métronome géant symbolisera le temps qui passe. Dans le parc de la Tête d'Or, des scènes de la grotte Chauvet, qui abrite les plus anciennes peintures rupestres du monde mais n'a jamais été ouverte au public, seront projetées sur des écrans géants en forme de feuilles de houx et de peaux de bêtes. La facture énergétique des illuminations ne devrait pas excéder 3 500 euros et le budget de l'évènement, de 2,5 millions d'euros, sera assuré à moitié par des entreprises partenaires comme Electricité de France. Depuis 1989, Lyon a mis en place un plan Lumière, qui met en valeur près de 300 sites et monuments emblématiques de la ville tout au long de l'année (revenant à 11 euros par habitant et par an), les quatre jours de Fête ne comptant que pour 0,1% de la consommation annuelle d'énergie. Afin de sécuriser et canaliser les visiteurs, un centre opérationnel départemental sera mis en place en préfecture, rassemblant policiers, pompiers et experts en gestion des flux. Les retombées de cette Fête sont importantes pour la ville, qui voit le chiffre d'affaires de ses cafés et restaurants multiplié par trois ou quatre, et 15.000 de ses chambres d'hôtels occupées.