Très tôt j'ais compris qu'il fallait être vigilante et ne pas gober tout ce que l'on essayait de nous faire croire (voir saint Thomas). Dans cette campagne plus que dans les autres j'ais constaté la mauvaise foi des journalistes qui ont affiché sans vergogne leur préférence au mépris de la neutralité 1. Du temps de François Mitterrand la vie privée du président a été protégée. J’espère que celle de notre nouveau président le sera également. Je préfère le juger sur ses actes que sur les allées et venues de son épouse. Un peu respect s'impose. Je suis de votre avis. Martine Laborde, le 16 mai 2007