3 Bernard Laporte et Jean-Michel Aulas lors de l'inauguration du centre de formation de l'OL.

Le club lyonnais poursuit sa politique volontariste d'investissement.

 

La holding OL Groupe, dont dépend le club champion de France, l'Olympique lyonnais, a annoncé jeudi des pertes de 2,4 millions d'euros au premier semestre 2008-09, mais son président, Jean-Michel Aulas, a affirmé compter sur "des fondamentaux forts malgré la crise".

 

Le chiffre d'affaires de juillet à décembre 2008 se monte à 100,4 M€, en baisse de 19,4% par rapport au premier semestre 2007-08 (124,6 M€). M. Aulas a relativisé les chiffres en regard de la crise. "Pourquoi les actions des clubs de foot ne baisseraient pas alors que plus de 300 valeurs ont baissé de 40% pendant cette crise?", s'est-il interrogé en citant le cours de bourse d'OL Groupe, qui a perdu 60% en un an (elle avait perdu 1,28 % à 16h30 – 7,70 euros – dans un marché en hausse de 0,95 %). Le résultat net sur la même période l'an dernier était positif de 21,5 M€. "Notre résultat net est déficitaire pour la première fois, mais notre politique reste cohérente", a expliqué M. Aulas, président de l'OL et PDG de la holding. Il a notamment évoqué les 160 M€ de fonds propres et insisté sur la valeur de son actif joueurs, qu'il estime à 235,7 M€ au 31 décembre 2008 (50 M€ pour le seul Karim Benzema). Pour M. Aulas, l'OL dispose d'"une force de frappe nous permettant de continuer une politique sportive très ambitieuse". Comprendre: acheter des grands joueurs, chers en salaire comme en transfert, pour essayer de gagner la Ligue des champions (Lyon n'a jamais dépassé les quarts de finale). OL Groupe va ainsi procéder en mars à une augmentation de capital de 55 M€ "pour les activités sportives".