Par Morgan Couturier

Amoureux de la marque allemande et de sa gamme tout-terrain, Paul Bocuse voit sa passion récompensée par le lancement d’une édition limitée portant son nom, dont il a reçu les clés juste avant le SIRHA. Un modèle rare, puisqu’il ne compte que sept exemplaires. Son chiffre fétiche.

L’icône de la gastronomie lyonnaise voue un attachement indéfectible à la marque étoilée. Et celle-ci sait le lui rendre. Amoureux de la cuisine, Monsieur Paul l’est aussi du modèle tout-terrain de la firme allemande, une classe G lui rappelant les grandes heures de son service militaire. En effet, depuis 37 ans, Paul Bocuse est fidèle à ce véhicule qu’il aime piloter sur ses terres dombistes du Monteillier. Sa première classe G (photo ci-dessus) est désormais dans le parc de Philippe Bernachon, son petit-fils, tandis que le second exemplaire est toujours stationné dans la cour de l’auberge 3***.

Une collection qui s’enrichit.

À quelques jours de souffler sur sa 91e bougie, le chef s’est vu offrir un modèle à son nom, une édition limitée « Paul Bocuse » de la fameuse Classe G, commercialisée à seulement sept exemplaires, « comme son chiffre porte-bonheur », souligne Frédéric Blanc, directeur commercial de Mercedes-Benz et Smart Lyon. « J’ai associé mon père à toutes les étapes clé du projet », avance de son côté, son fils Jérôme Bocuse. D’un noir moka, cette Classe G « Paul Bocuse » souhaite rappeler les tons d’automne, période faste pour la chasse qu’affectionne Monsieur Paul.

Ce dernier voit un logo exclusif en son nom apposé sur les ailes avant et arrière de la voiture ainsi qu’à l’intérieur de l’habitacle. Ce modèle unique vendu 133 900 euros pour le modèle diesel et 148 900 euros pour la version essence s’accompagne d’une ligne d’accessoires en cuir et de bagagerie signée Alexandre Mareuil. L’idéal pour partir à la chasse, signe que l’âme du gastronome réside dans ce nouveau joyau de la marque allemande.