01 Audrey et ses Mini seront-elles à l'honneur en 2009 ? Rien n'est moins sûr. Photos Julien Smati

 

Par Marc Polisson

 

Communication de crise. Au cours d'une conférence de presse, les organisateurs du salon de l'auto ont tenu à (se) rassurer et à faire taire les rumeurs. Malgré une conjoncture défavorable, l'édition 2009 sera de belle tenue, a affirmé sa directrice Nathalie Avallet. Petit tour des stands à 4 mois de l'ouverture.

 

02 Ambiance caniculaire et électrique jeudi matin dans les locaux du Club de la presse. Il est 9h, les girls du salon de l'auto ont des soucis avec le rétroprojecteur. Mais ce n'est pas ça qui va les faire tousser. Les sueurs froides, elles connaissent. Des mois que Nathalie – qui a succédé à Pierre Doucet – et ses coéquipières ont les mains dans le cambouis. Et pour cause, organiser un salon de l'auto en pleine crise économique relevait de la gageure. Certains comme les organisateurs du Mondial des 2 roues sont restés en rase campagne. Mais les équipes de GL-SepelCom (Damien Bertrand) et d'Eurexpo (Anne-Marie Baezner) ont tenu le choc. Encaissant les coups, argumentant et minaudant. En face d'elles, des constructeurs sur le qui-vive. Soufflant le chaud et le froid. Annonçant leur venue à 10h22 et rappelant pour annuler à 11h32. Pour couper court aux rumeurs d'annulation lancées par notre consœur Caroline Auclair (Lyon Mag), décision a été prise d'organiser cette conférence de presse. D'autant que les premières bonnes nouvelles commencent à arriver : les trois constructeurs français de référence – Renault, Peugeot et Citroën – de même que BMW, Mercedes, Smart, Volkswagen, Fiat et Opel ont enfin confirmé leur participation. Pour les convaincre de participer, SepelCom a sorti le grand jeu en matière de communication (étendue à l'ensemble du territoire rhônalpin), d'invitations (300 000 gratuités distribuées) et d'animations. Baptêmes de voitures de prestige, centre d'essais Abarth, piste tout-terrain ouverte aux particuliers au volant de leurs propres 4X4, espace custom, concours de relooking-covering, expo de voitures de collection, défi kart… tout sera mis en place pour faire venir et rêver les visiteurs (ils étaient 130 000 en 2007) qui pourront découvrir de nombreux modèles en avant-première nationale.

 

03 Concernant le nerf de la guerre, SepelCom a revu ses prétentions à la baisse. Les prix des espaces ont été baissés de 20% mais ce n'est pas encore suffisant pour certains (pour mémoire, au début de la commercialisation, les prix proposés avaient grimpé de 5% par rapport à 2007). Ford, Audi, Chrysler, Toyota, Honda, Nissan et Mazda réservent donc leur réponse. Quant à Land Rover, Subaru et Mini, c'est niet. Interrogé par Lyonpeople, Elie Cunat (photo ci-dessus) explique le désengagement de la petite citadine : « Nous étions partants pour exposer Mini mais le constructeur nous demande une participation de 50% plus importante à celle de 2007, alors que nous connaissons des baisses de volume avec cette marque ! » Pour mémoire, le groupe Gauduel avait investi 200 000 euros dans le salon en 2007. Fervent partisan du salon et pionnier dans l'évènementiel automobile, Elie Cunat regrette néanmoins que les organisateurs aient tardé à prendre en compte la situation économique. Tout en saluant leur enthousiasme et leur détermination. Concernant Ferrari et Maserati, il n'est en revanche pas d'accord avec la solution qui consisterait à regrouper les automobiles de prestige dans un hall à part. Concessionnaires et constructeurs sont néanmoins conscients des efforts consentis par le groupe GL Events (Olivier Ginon) qui a du rogner ses marges et ses espaces loués (40 000m2 contre 60 000m2 en 2007). Même si le partenariat engagé avec les collectivités locales (Ville de Lyon, Grand Lyon et Région Rhône-Alpes ne veulent pas revivre l'échec Lyon Mode City) devrait adoucir la douloureuse. Alors que les organisateurs naviguent encore à vue, il faudra attendre la mi-juillet pour avoir une meilleure visibilité sur ce salon désormais sur les rails. D'ici là, les uns et les autres auront mis de l'eau(to) dans leur vin.