JCA au grand air de Cannes, le 20 septembre 2014 – Photo © Marco

Par Marc Polisson

Jean-Claude Anaf et Jean Martinon étaient de retour à Cannes pour la 3ème vente aux enchères publiques de bateaux de plaisance réalisée principalement à la requête d’établissements financiers qui a dégagé un chiffre d’affaires adjugé de 1 150 000 euros.

La vente organisée par les équipes de Christophe Cheveu d’Or a rassemblé 13 embarcations de toutes tailles pour tous les budgets (de 8 800 à 270 000 euros) dispersées en 45 minutes chrono. Maître Anaf en grande forme a rapidement captivé la salle et assuré le spectacle. « Même quand tu n’achètes pas, tu passes un bon moment !  » chuchote à son voisin un beau gosse qui n’a pas osé dégainer son chéquier. En dépit de la crise, l’activité est toujours aussi soutenue pour Anaf Auto Auction (filiale du groupe de Jean-Patrice Bernard) en cette rentrée avec les vacations hebdomadaires à Saint-Priest (250 véhicules en moyenne) et les ventes exceptionnelles comme celle de Cannes.

On retrouvera Maître Anaf et son marteau vendredi 26 septembre à 17h pour la vente de véhicules de prestige organisée dans le cadre des 4 jours de l’automobile du Progrès à la Halle Tony Garnier et le lendemain samedi à 14h30 à l’Espace Ecully pour la vente de 270 tableaux et objets de la collection de Napoléon Bullukian aux côtés de ses associés clermontois Jalenques et Vassy. Un évènement qui marque le retour de Jean-Claude Anaf dans la sphère artistique (sa clause de non concurrence avec Claude Aguttes est désormais levée) mais qui fait débat chez les amateurs de peinture lyonnaise et contre lequel le critique d’art Alain Vollerin a sorti l’artillerie lourde sur son blog.

Actualité chargée pour le plus people des commissaires-priseurs lyonnais, numéro 49 du classement des hommes d’influence lyonnais 2014 établi par 7 journalistes d’entre Saône et Rhône (Magazine Lyon People de septembre). Mais la vie, il ne la conçoit que comme ça : chaud bouillant !