guillaume-nal Photo © Saby Maviel

 

Par Christophe Magnette 

 

Un 370Z Roadster, la mini-citadine Pixo, le petit monospace Note Restylé, le cross over Qashqai sans oublier le « Cube », la marque japonaise peut se targuer d'une large palette de modèles.

 

Surtout, ce mois d'octobre est à marquer d'une pierre blanche pour la marque Infiniti ; le blason haut de gamme de Nissan est en effet distribué pour la première fois sur la région lyonnaise. Depuis le début de l'année, la concession du constructeur japonais de Vénissieux fait partie des cinq heureux élus dans l'Hexagone, retenus pour distribuer la marque Infiniti et notamment sa nouvelle GT-R, mise au monde aux pays du soleil levant. Des ingénieurs qui n'ont pas fait les choses à moitié, le constructeur annonçant un bolide doté d'un 3.8 litres V6 bi-turbo quatre roues motrices de 485 cv autorisant une pointe à 320 km/h ! « Une trentaine de GT-R sont vendues sur la région lyonnaise » se félicite Guillaume Nal, à la tête du site vénissian et de ses vingt-cinq collaborateurs depuis le 1er juin. Une adresse qui est dans le giron de Bernard Auto, la division automobile du Groupe Bernard, l'un des plus importants distributeurs français. Bressan d'origine, le groupe rayonne sur les régions Rhône-Alpes, au travers de 35 centres et même au-delà, en Pologne pour la distribution Renault Trucks. Des chiffres ? Près de 880 millions d'€ de chiffre d'affaires, plus de 2000 collaborateurs et 45000 véhicules vendus « principalement les trois marques françaises, Nissan représentant un volume  de 1 500 VN dont 600 dans l'agglomération lyonnaise » prévient Guillaume Nal. Mais dores-et-déjà, l'année 2010 s'annonce comme un tournant pour la firme nippone qui a annoncé au cours de l'été, la commercialisation d'un véhicule entièrement électrique, la « Leaf » : un véhicule de 5 places, équipé d'une batterie lithium-ion la rendant capable de rouler sur plus de 160 km sans recharger. Autant d'ingrédients qui devraient permettre de répondre aux objectifs formulés par le constructeur pour le marché français : dépasser les 2% de parts de marché à fin 2009 (ndlr : 1,8% en 2008).