Par Morgan Couturier

Considéré comme la référence nationale en matière de courtage immobilier, Cafpi s’efforce depuis près de 50 ans de dénicher les meilleurs montages financiers pour les acquéreurs. Et ce, alors que la concurrence se montre de plus en plus vaste et robuste.

Bien des philosophes s’accordent à dire, qu’au-delà de la nourriture, l’un des besoins primaires de l’homme est de se couvrir. Au propre comme au figuré. L’émergence d’un chez-soi étant facteur de bien-être, et à plus forte raison d’intégration sociale. À tel point que la ruée vers les biens immobiliers se fait de plus en plus sévère, et que la pénurie dans certains quartiers accroît la douloureuse. Le recours aux prêts, par l’intermédiaire d’un courtier, a fait son nid dans l’esprit des ménages,  devenant ainsi un passage quasi inéluctable pour la majorité des Lyonnais. Pour le plus grand plaisir de Cafpi, leader français en matière de courtage immobilier. Un leadership acquis au gré des années, (depuis sa création en 1971, ndlr), et que l’enseigne a su étendre sur la région Centre-Est, – et donc à Lyon -, depuis 1988, s’évertuant à étudier et valoriser chaque aspect du financement. « Nous sommes chargés par les clients, de trouver un financement lié à leur situation personnelle. Après la découverte de leur projet, nous réalisons l’ensemble des démarches, pour trouver le meilleur rapport qualité/prix », présente Jean Gignoux, directeur sur l’ensemble de la région Centre-Est. Courtage en prêt immobilier, assurances ou regroupement de crédits, Cafpi redouble d’efforts, jusqu’à gratifier sa clientèle du dénouement tant espéré. « Très souvent, on trouvera une solution », promet d’ailleurs Jean Gignoux, rompant avec l’image parfois négative de ce marché ultra concurrentiel.

3200 dossiers traités dans la région

« Les prêts immobiliers ne sont pas plus compliqués à obtenir aujourd’hui qu’hier, maintient-il. Les banquiers font simplement attention à la rentabilité, aux risques qu’ils prennent. Plus le dossier est compliqué, plus ce sera délicat à négocier, mais nous essayerons de trouver une solution ». Des réjouissances acquises grâce à un habile exercice de négociations auprès des banques, « des partenaires avec lesquelles nous avons signé des protocoles ». Octroyant ainsi un gain de temps considérable aux clients, Cafpi se charge de retenir l’offre la plus complète, et surtout la plus adéquate au projet de ces derniers. « Les clients ont une vue d’ensemble du marché du prêt immobilier ou de l’assurance de prêt, ce qui permet d’optimiser le financement, précise Jean Gignoux. Nous sommes là pour aller vers le banquier qui répondra le mieux aux critères du client, tout en lui trouvant les meilleures conditions financières possibles. Ça évite de faire de faire le tour des banques. Sans oublier la rapidité avec laquelle nous traitons les dossiers. Nous recevons les clients dans les 24/48h, ce qui n’est pas le cas chez le banquier ». Une prestation grandeur nature, amortie au gré des frais de dossier, établis au prorata du montant réclamé. «  Mais ce n’est pas une obligation de travailler avec nous », atténue Jean Gignoux, en vertu de la loi, selon laquelle la somme n’est déboursée qu’au déblocage des fonds. « Nous accompagnons le client, du 1er jour, jusqu’à la signature chez le notaire », conclut le directeur, décidément… prêt à tout pour la satisfaction de ses clients.


LE CHIFFRE
8 milliards
Numéro un français sur le secteur du prêt immobilier, Cafpi a décaissé 8,6 milliards d’euros en prêts immobiliers l’an dernier. De tels résultats expliquent en grande partie la hausse de 25% du CA enregistrée par l’enseigne, sur la seule région Centre-Est entre 2016 et 2017.