Par Morgan Couturier

Réputée pour l’excellence de ses documents d’urbanisme, la société fondée en 1974 par Daniel Jacquet entretient des relations de confiance avec les notaires, adeptes de sa réactivité et de sa capacité à se substituer aux collectivités territoriales.

Derrière chaque construction, se cachent des hommes et des femmes, qui à leur manière, influent sur l’urbanisme. Un vaste domaine amené lui aussi, à se construire et se structurer, sur les bases d’un droit tout-puissant. Seulement voilà, si à Lyon, les collectivités territoriales font globalement face à leurs responsabilités, tous les notaires de France et de Navarre ne peuvent se délecter d’un traitement équivalent.

Une aubaine pour Juris Urba et son fondateur, Daniel Jacquet, qui surent profiter des défaillances de l’administration pour s’affirmer sur le marché en 1974. « On s’est aperçu qu’il y avait des grèves  qui perturbaient le système notarial et l’empêchaient de travailler normalement, soutient le président. J’ai eu l’idée de demander si on pouvait faire nous-mêmes le travail afin de leur apporter une solution. Cette solution a tout de suite été approuvée et a fonctionné immédiatement ».

Une base de données riche de 16 000 documents d’urbanisme

Depuis, Juris Urba n’a de cesse de se développer, s’affirmant comme un acteur majeur de l’urbanisme, au prix d’une expertise diffusée dans toute la France, et ce, au travers de sept agences (Lyon, Nice, Paris, Antibes, Fréjus, Avignon et Saint-Etienne, en attendant Lille et Strasbourg, dans le courant de l’année, ndlr).

« Pour tous les documents d’urbanisme attraits aux servitudes, aux emplacements réservés ou une information sur un droit de préemption, les notaires nous interrogent, car les communes ne leur répondent plus ou parce que les informations qu’elles leur fournissent sont quelques fois incomplètes. Là, ça sécurise leurs actes et ça engage notre responsabilité », soutient la directrice Anne Maltese.

Une responsabilité assumée par la société lyonnaise, qui du haut d’une base de données riche de 16 000 documents d’urbanisme (PLU, POS et cartes communales), peut déclencher une réponse quasi-immédiate.

Une réactivité quasi-immédiate

« On gagne en réactivité, du fait de cette base de données », assure-t-elle. Avant de poursuivre : « L’ensemble des salariés sont diplômés à minima d’un master II en urbanisme, aménagement du territoire ou géographie. Un service juridique pointu met à jour notre base de données, effectue une veille juridique et récupère quotidiennement un maximum de documents ».

De tels efforts ne demeurent jamais infructueux, si bien qu’après 45 ans d’expertise, la croissance du cabinet ne cesse de croître entre Rhône et Saône. « À Lyon, nous délivrons 18 000 documents d’urbanisme par mois », se félicite Anne Maltese. Fort de cette notoriété, Juris Urba entend poursuivre son enracinement dans l’Hexagone. A ce titre, nul besoin de document pour justifier de sa validité, Juris Urba est dans son bon droit.

Juris Urba
21, rue de la Bannière – Lyon 3e
Tél : 04 72 84 94 69
www.jurisurba.fr