Photo © OnlyLyon

Par Benjamin Solly

Une alliance de la CCI de Lyon, d’investisseurs privés et des autres chambres de commerce de la région pourrait voir le jour afin de racheter les parts détenues actuellement par l’Etat dans les Aéroports de Lyon.

La CCI de Lyon, en partenariat avec les collectivités, souhaite racheter une partie des actions de l’Etat et être actionnaire majoritaire au capital d’Aéroports de Lyon. Projet « serpent de mer » depuis plusieurs années, il avait déjà échoué en septembre 2011 suite à une impossibilité d’accord entre le gouvernement, les collectivités et les CCI. Actuellement, les Aéroports de Lyon sont contrôlés à hauteur de 60% par l’Etat, la CCI 25%, le Grand Lyon, la région Rhône-Alpes et le département du Rhône 5% chacun. Dans le cas où l’État serait prêt à vendre ses parts, c’est un pool unique d’investissement qui verrait le jour, alliant investisseurs privés, banques et gestionnaires d’infrastructures aéroportuaires, mais aussi les autres chambres de commerce de la région.

Le gel de la participation de l’Etat et l’attitude patrimoniale de l’Agence des participants de l’Etat (APE) sont pour tous les acteurs locaux une entrave importante au développement de Saint-Exupéry. « Nous avons été sacrifiés sur l’autel de la rentabilité par Air France » déclare Philippe Grillot lundi 18 février 2013 dans les Échos, qui regrette également que Lyon soit considérée à tort « comme une plate-forme d’approvisionnement des aéroports parisiens. »